Accueil Actualités Élections en Argentine: des primaires en guise de répétition générale

Élections en Argentine: des primaires en guise de répétition générale

2019 08 11t050127z 128676965 Rc1295032640 Rtrmadp 3 Argentina Election 0

À deux mois des élections présidentielle et législatives du 27 octobre, les Argentins sont appelés aux urnes pour des scrutins préliminaires ce dimanche 11 août : des primaires obligatoires et simultanées pour tous les partis.

Avec notre correspondante à Buenos Aires, Aude Villiers-Moriamé

Les scrutins du jour doivent permettre aux électeurs de désigner leurs candidats préférés au sein de chaque coalition. Mais dans les faits, pour la présidentielle de cette année en tout cas, il n’y a pas de compétition interne à chaque camp.

Ce dimanche, si tous les électeurs doivent obligatoirement participer au vote, il s’agit donc surtout d’un sondage grandeur nature, que les Argentins prennent néanmoins très au sérieux.

Pour le retraité Pablo Gonzalez, c’est là tout l’intérêt des primaires : « C’est une vraie enquête d’opinion, comme un premier tour ! Là, on connaît la vérité ; les sondages, eux, mentent beaucoup. »

Fernandez pour une alternative à ce président libéral et non péroniste

Être fixé sur la popularité des candidats en lice pour la présidentielle. En l’occurrence, pour ce qui est des principaux : Mauricio Macri, l’actuel président de centre droit, et Alberto Fernandez, à la tête d’une coalition de centre gauche.

Entre les deux, Alejandro Heredia, jeune traducteur, a déjà fait son choix : « Moi j’aimerais que Fernandez arrive en tête. Surtout parce que ces dernières années ont été difficiles avec le gouvernement actuel. »

Depuis l’arrivée de Mauricio Macri, « l’État a arrêté de subventionner beaucoup de services publics, l’électricité, l’eau, les transports, l’éducation… Il y a eu beaucoup de changements négatifs », ajoute Alejandro Heredia.

Contexte : une inflation hors contrôle qui rappelle des souvenirs

Une grave crise économique touche à nouveau l’Argentine depuis l’an dernier. Catalina Castillo et Valentina Palmeiro ont 18 ans, c’est la première fois qu’elles votent ce dimanche. Mais les deux amies ne partagent pas les mêmes opinions.

En revanche, toutes deux voudraient voir un thème s’inscrire au cœur de la campagne : l’économie. « L’inflation est énorme, rappelle l’une d’entre elles. Le lait, par exemple, quelque chose d’essentiel, coûte presque 50 pesos ! »

« Il y a des gens qui ne peuvent pas payer ça », conclut-elle, alors qu’en un an, l’inflation a dépassé les 55%, et les salaires des Argentins n’ont pas suivi le même rythme. Actuellement, un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Saliou Ndiaye