Elections locales :  les enjeux d’un scrutin plusieurs fois reporté

0

La campagne pour les élections municipales et départementales prévues ce dimanche 23 janvier prend officiellement fin ce vendredi  à minuit, au Sénégal.

Pendant deux semaines les différents candidats ont tenté de convaincre les électeurs sénégalais. Une quête aux voix marquée souvent par des actes violence dans plusieurs zones. Notamment à Guédiawaye avec des accrochages entre partisans du Maire sortant, Aliou Sall et ceux de Ahmed Aidara. A la Médina des heurts ont été enregistrés entre militants de Cheikh Ba et proches de Bamba Fall. Des actes de violence ont été également notés à Mermoz Sacré-Cœur avec le Maire sortant Barthélémy Dias. Sans oublier à Keur Massar où un vieux et son petit -fils ont été brulés vifs pour des adversités politiques.

Il faut noter que 3149  listes sont en coopétition pour ces élections locales.

Environ 6.613.962 électeurs sénégalais dont 250000 primo-votants répartis dans 6549 lieux de vote et 15.066 bureaux de vote établis sur le territoire national vont voter ce dimanche pour désigner leurs maires, présidents de conseils départementaux, conseillers municipaux et départementaux.

Initialement prévu en juin 2019, le scrutin avait déjà été renvoyé à novembre 2019, puis à mars 2021 et n’aura finalement pas lieu que ce dimanche 23 janvier 2022.

Des élections locales qui mettent en jeu trois principales coalitions politiques  . Il s’agit de la coalition de la Majorité avec « Benno Bokk Yakaar  » (BBY, Ensemble pour un Sénégal Émergent, en wolof), des opposants réunis autour de la coalition  Yewwi Askan Wi (libérer le peuple en Wolof) et Wallu Sénégal (sauver le Sénégal), ou encore Gueum sa bopp (croire en soi)…

Dans ces élections certaines localités seront bien surveillées à l’image de la capitale Dakar qui sera âprement disputée avec pas moins de sept (7) candidats dont le ministre de la santé et de l’action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, le tonitruant Barthélémy Dias, la maire sortante Soham El Wardini, l’ancien Maire Pape Diop, Doudou Wade du Pds, Mame Mbaye Niang chef de cabinet du président Macky Sall ou encore le jeune Mohamed Massamba Sèye.

La ville de Ziguinchor, sera également une attraction avec Abdoulaye Baldé qui joue sa réélection face à Ousmane Sonko qui a hâte de montrer sa suprématie en Casamance . Ce qui pourrait renforcer l’envergure nationale de l’opposition le plus en vue .Le candidat de la majorité Benno Bokk Yaakaar , Benoit Sambou veut aussi bien mériter la confiance de son patron.

Ces élections de dimanche ne sont pas sans rappeler la déclaration du ministre d’Etat directeur de cabinet du président Macky Sall : « les élections locales à venir ne seront que de nom ….Les résultats seront déterminants pour les élections législatives qui se tiendront cinq mois après. Nos résultats vont trancher le débat sur la candidature de Macky Sall à la présidentielle de 2024 », avait laissé entendre Mahmoud Saleh.

En plus, le rétablissement du poste  de premier ministre et la formation d’ un  nouvel  attelage gouvernemental juste après les élections constituent également dés éléments qui rendent le scrutin très disputé surtout du coté de  la majorité présidentielle. A l’issue du scrutin les cartes seront rebattues. Des carrières vont se faire et se défaire. Durant les investitures, des choix du patron de BBY ont été même contestés à plusieurs endroits d’où les listes parallèles. Cependant ,Macky Sall reconnait avoir parrainé certaines candidatures.

Au-delà du combat local,  l’opposition. cherche ce dimanche  à administrer une raclée à la coalition Bénno Bokk Yaakaar pour faire oublier toute velléité d’une troisième candidature du président Macky Sall.

Le taux de participation sera aussi bien surveillé à l’heure du bilan.

Diaraf DIOUF Senegal7
Leave a comment