Accueil Actualités Élimination d’adversaires politiques : Macky franchira-t-il la barre des 3 ?

Élimination d’adversaires politiques : Macky franchira-t-il la barre des 3 ?

Capture D’écran 2019 10 09 À 16.57.03

Ousmane Sonko en homme politique averti a tiré la sonnette d’alarme. Ainsi, il est sur les traces de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, qui sentant que la machine judiciaire va s’abattre sur lui, avait, lors d’une conférence de presse organisée dans sa mairie, annoncé la couleur.

Étant dans tous les combats au moment où les plus agressifs opposants de Macky Sall sont restés muets comme des carpes, Ousmane Sonko ragaillardi par son rang de troisième à la dernière présidentielle est devenu l’homme politique à abattre par le pouvoir en place.

Ainsi, petit à petit, la machine judiciaire est mise en branle par le biais des alliés de Macky Sall avec pour finalité politique, l’invalidation de la future candidature de Ousmane Sonko à la présidentielle de 2024. Et l’affaire dite des 94 milliards serait le prétexte tout trouvé pour «noyer» Ousmane Sonko. Après Karim Wade et Khalifa Sall, Macky franchira-t-il la barre des 3 en mettant Ousmane Sonko en porison ?

Franchira-t-il le rubicon ?

En effet, si Macky Sall en tant que Président de la République parvienne à mettre Ousmane Sonko en prison, il va non seulement franchir le rubicon, mais va surtout battre le record de liquidation d’hommes politiques au Sénégal par les chefs d’Etat.

Ce qui a fat dire à Jean Michel Diatta dans seneplus que «si cela arriva, le président Macky Sall et son régime compteront à leur actif 3 cas d’élimination d’adversaires politiques».

Le cas Karim et Khalifa

Car, dés son arrivée au pouvoir, Macky Sall qui savait que Karim Wade, le fils du «Baobab » politique qu’il a réussi à terrassé en mars 2012, à l’occurrence Me Wade, constitue un réel danger politique contre son régime. Pour cela, il a ressuscité la Crei d’Abou Diouf.

Karim Wade caricaturé «ministre de la Terre et du Ciel », est ciblé. Il est accusé d’être illicitement enrichi sur le dos du contribuable Sénégalais. Il a été emprisonné à six ans ferme. Il n’a eu le salut que par le biais d’une grâce présidentielle. Toujours dans ses manœuvres de gouverner tranquillement le pays, Macky Sall a opté pour l’exil de Wade fils au Qatar. Ce qui fut. La suite est connue. Car jusqu’à nous jours, Karim n’a pas osé fouler le sol du Sénégal.

Des années passèrent. En 2015, un autre dossier pas des moindres dans le même cadre d’élimination de ses adversaires politiques qui constituent de véritables dangers, l’Ige est activée pour fouiner dans la gestion de Khalifa Sall à la Mairie de Dakar. Ce, après avoir défait la candidate du parti au pouvoir à la Mairie de la capitale, à savoir Mimi Touré. Le rapport rendu est favorable au pouvoir en place. Khalifa Sall et certains de ses collaborateurs sont emprisonnés, sur des manquements présumés sur la caisse d’avance de la Mairie de ville de Dakar.

Il a été par la suite dépouillé de tout. De son mandat de député et également de celui de Maire de Dakar. Donc complètement affaibli politiquement.

Comme Karim Wade, il bénéficie d’une grâce présidentielle pour enfin humer l’air pur de la liberté. Cependant, il n’a pu se présenter à la présidentielle du 24 février 2019, remportée par le président sortant. Avec ces deux cas, Macky Sall semble battre le record d’élimination systématique de ses adversaires politiques.

Ce, selon notre confrère de seneplus «au moment où les régimes précédents ne se sont pas signalés par des manœuvres de cette nature, ou du moins, à notre connaissance. L’ancien président, Abdou Diouf avait l’opportunité de travailler à l’invalidation de la candidature de l’opposant Abdoulaye Wade. En effet, le 15 mai 1993, Abdoulaye Wade et trois membres de son parti sont arrêtés, soupçonnés d’avoir commandité l’assassinat de Me Babacar Sèye, alors vice-président du Conseil constitutionnel qui est chargé de la proclamation des résultats de l’élection législative de février 1993. Ils sont relâchés trois jours plus tard par manque de preuves».

Idy sous Wade…

En 2005, poursuit-il, «Idrissa Seck a été mis en prison pour des charges retenues contre lui sur les «Chantiers de Thiès», mais plus grave encore, pour «atteinte à la sûreté de l’Etat et à la défense nationale». Pour autant, le leader du parti Rewmi a participé à la présidentielle suivante de 2007, pour terminer deuxième avec 14,93% des suffrages. L’actuel chef de l’Etat aurait bien pu aussi être victime de liquidation politique de la part de son prédécesseur, Me Wade, car lors de leur rupture, il a été accusé de blanchissement d’argent, entre autres. Sur ce dossier, il obtiendra un non-lieu total de la part de la justice. Ses affidés soutiendront très certainement que les cas ne sont pas identiques et que leur mentor a été innocenté, comme ce fut le cas pour Idrissa Seck. Il n’en demeure pas moins qu’au vu de la puissance d’un Etat, d’autres arguties judiciaires auraient pu être utilisées pour lui barrer la route».

En effet, Macky va-t-il faire plus que ses devanciers en matière d’éliminations d’adversaires politiques ? L’affaire dite des 94 milliards prise comme alibi, nous édifiera dans un futur proche ou lointain.
senegal7