Emploi des jeunes : Dieu, Macky et le temps perdu !

La question de l’emploi  est une problématique mondiale mais sous nos cieux, elle n’aura jamais été au cœur des priorités de la seconde alternance démocratique. En lieu et place de l’insertion des jeunes, nos compatriotes assistaient impuissants à la reddition des comptes  sur fond de règlements de comptes entre acteurs politiques. On avait fait fi du nombre exponentiel de demandeurs d’emploi qui submergeait le marché annuellement. Mais au bout du rouleau, on aura perdu du temps pour rien. Et comme la lumière jaillit parfois de l’obscurité, les émeutes  de mars dernier ont relancé la machine  de propagande sur l’emploi des jeunes. Verdict implacable d’un juge. Le temps perdu ne se rattrape jamais !

Toute lecture est coupable, me diriez-vous pour emprunter l’autre. La radioscopie de la question de l’emploi des jeunes est peu reluisante sous nos cieux. Elle est vraisemblablement devenue une épine dans le pied du Macky.

Du simple slogan de 500.000 emplois  rabâché à tout-va, on en est arrivé à une table rase, tributaire de la colère de toute une jeunesse désemparée. Perdue dans l’océan de ses ambitions éthérées noyées par un gouvernement sans politique d’insertion viable.

Le verrou de la vérité a fini par sauter par un concours de circonstances. A tort ou à raison, l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr aura servi de déclic à une prise de conscience réelle sur l’emploi des jeunes. Et ce, après 9 ans de gestion sans partage du pouvoir.

Pourtant dans cette affaire, l’épicentre de la problématique a été déplacé et les sénégalais ressuscités sous le  bilan macabre de manifestants enragés. Les édifices publics en ont souffert tout comme le nombre de blessés et les commerces vandalisés rappelant les émeutes de la faim.

Le monde enfin se délectait de ce damné  de la teranga qui  jadis vitrine de la démocratie et havre de paix s’offrait comme le pays de la violence et de la décrépitude. La quinzième région pleurait de dépit  toute honte bue, tandis que les sénégalais se demandait ce qui leur était arrivé.

L’adversité  échappait même aux pouvoirs publics. Dans cette affaire où tout se sait, s’est invité un jeu de dupe qui détourna l’attention sur l’emploi des jeunes. Avec à la clé 450 milliards de nos pauvres francs pour trouver  de l’emploi hic et nunc pour les jeunes qui se battaient contre l’injustice, l’incurie et la mauvaise gouvernance.

Mais après la pluie, le beau temps car les chefs religieux à la tête Serigne Mountakha Bassirou Mbacké auront stoppé une déferlante qui avait failli brûler le Sénégal. Le Chef de l’Etat se dépêcha d’annoncer de l’emploi pour les jeunes et demanda à ses services de parer au plus pressé.

Des CDD seraient sur le point d’être offerts aux jeunes ciblés. Des emplois cousus de fil en blanc sous le couvert d’ambition politique velléitaire. Et ce,devant un juge imprenable  et dont le verdict devient implacable. Quand le temps perdu ne se rattrape jamais, le Macky aura raté le coche.Dieu,le temps perdu. « Un moment perdu l’est pour jamais ».  Diantre !

Assane SEYE-Senegal7