Accueil Actualités En 1911, Mame Elhadji Abdoulaye fut le premier dignitaire Sénégalais Tidiane ayant...

En 1911, Mame Elhadji Abdoulaye fut le premier dignitaire Sénégalais Tidiane ayant obtenu le titre de khalife des Tidianes et 11 Idjazza consécutives

Mame Elhadji Abdoulaye Fut Le Premier Dignitaire Sénégalais Tidiane Faydatidianiya

Voici le schéma des 11 silsilas (chaînes d’autorisation dans la târiqâ Tidjania) d’Al hadj Abdoulaye Niass le Grand tel qu’il ressort d’un manuscrit que nous avons découvert durent nos recherches. Il est écrit par un savant maure du nom d’Al hanafy.
1* Muhammad Ibn Ibrahim, Ahmad Ibn Abi bakr, Mawloud Fall, Muhammad Hafez Muhammad Ibn Ibrahim, Ahmed Ibn Abi bakr, shaykh Umar, Muhammad Ghali, shaykh Tidjani .
2* Ahmad Abdellahi lui donna une Ijaza sur ses deux chaînes dont l’une provient d’une autorisation secrète du shaykh Ahmed Tidjani lui-même par voie de dévoilement. 47 tandis que l’autre est passée par le truchement de sidi Aliou Tamacini qui reçut son autorisation complète des mains du fondateur de la voie, cheikh Ahmed Tidjani.
3* Muhammad Abdellahi reçut son autorisation de son maître de père Ahmed Abdellahi. Ce dernier le reçut de sidi Ali Tamacini qui fut désigné par le maitre shaykh Ahmad Tidjane comme Muqaddam et khalife.
4* La quatrième Ijaza provient de sidi Ahmad Soukeyridj qui la tient entres d’Ahmad Abdellahi, qui tient son autorisation dans la voie de sidi Aliou Tamacini qui fut adoubé Muqaddam et khalife par cheikh Ahmad Tidjani.
Ce quatrième maillon d’autorisation le lie donc au cadi de Settat, le khalife suprême de son époque sidi Ahmad Soukeyridj. Nous avons retrouvé l’original de cette dite Ijaza. Elle est composée d’un préambule dans lequel sidi Soukeyridj fait l’éloge d’Al hadj Abdoulaye et égrène ses mérites. Ses propos luminaires sont suivis d’un premier paragraphe dans lequel il l’autorise sur son sanad concernant le Sahih de Boukhari. Il cite nommément les 26 personnes qui le séparent du grand compilateur de traditions prophétique. La seconde partie concerne ses chaines d’autorisation dans la tarîqa dont la plus courte est celle qui passe par Ahmad Abdellahi et Aboul Hassan sidi Ali Tamacini pour culminer par shaykh Ahmad Tidjani. La troisième et ultime partie concerne le nom suprême. Elle est plus ou moins codée. Il revenait au destinataire de déchiffrer l’énigme.
5* Hamid Al banani qui tient son idjazza de Seydi Allal, qui reçut une complète autorisation d’Abu ya’za, fils sidi Aliou harazimi, Muqaddam et khalife suprême de cheikh Ahmad Tidjani, le quel (Abu ya’za) reçut son autorisation de sidi Aliou Tamacini. Une autre autorisation de Hamid banani passe par le canal de Mouhammad Abdoul Wahid Al banani Al Misri qui reçut une autorisation complète des mains de cheikh Ahmad Tidjani.
7* La septième idjazza d’Al hadj Abdoulaye Niass passe par Mouhammad Fall qui reçut la sienne de sidi Arabi Ibn sa’ ih. Ce dernier tient la sienne de Mouhamadoul Hâshim, mouqaddam de cheikh Ahmad Tidjani.
8* Sa huitième idjazza lui fut délivrée par Ibn Mouhammad bannoun qui reçut la sienne de sidi Arabi ben sa’ ih lequel fut adoubé Muqaddam par Mouhammad Ibn Oumar Al filaly qui reçut son autorisation de Mouhammad al Arabi madghary al Alawi. Ce dernier reçut son autorisation des mains de cheikh Ahmad Tidjani.
9* Al hadj Abdoulaye Niass reçut une idjazza de sidi Tayyib Sufyânî (le petit -fils). Ce dernier reçut la sienne d’Al Husayn Al ifrani qui reçut son idjazza de Mouhammad Ibn Ahmad kansoussi . Dont le couronnement dans la voie passe par le truchement de quatre compagnons de Cheikhna Ahmad Tidjane qui sont : sidi Mouhammad chaly, Mouhammad Ibn Abi nasr, sidi Tayyib Sufyânî le premier et Abdoul Wahhab Ibn Ahmad.
10* La dixième idjazza d’Al hadj Abdoulaye Niass provient d’Abdoulahi Walladoul hadj qui tient la sienne d’Ahmadou fils de Mouhammad Hafez ; lequel reçut la sienne de Mouhamadoul Ibn sidina alias Baddi qui fut le khalife de Mouhammad al Hafez, disciple direct et Muqaddam de cheikh Ahmad Tidjani.
11* Le onzième maillon de la chaine d’autorisation d’Al hadj Abdoulaye Niass est de Mouhammad Sa’id Ibn Ahmadou Ibn Muhammad Al Hafez qui tient son autorisation de Ahmadou Ibn Mouhammad Al Hafez qui fut mouqaddam et khalife de son père Mouhammad Hafez qui fut à son tour mouqaddam et disciple direct de cheikh Ahmad Tidjani.
Ces chaînes d’autorisations d’Al hadj Abdoulaye Niass démontrent sa proximité avec les détenteurs de l’héritage spirituel du shaykh Ahmed Tidjani mais aussi ses affinités avec les savants marocains et Mauritaniens comme le soulignait son fils cheikh Ibrahim Niass dans une interview accordée au professeur français jean Claude froelich en 1968 à Paris.
L’aura international du père donna aux colons une raison de plus pour accroître leur surveillance. Le fils hérita de la suspicion de ces derniers quand quelqu’un d’aussi avisé que le gouverneur Beyries nota dans un rapport que dans la famille d’Al hadj Abdoulaye Niass la plus grande personnalité se nommait Ibrahim.
Source : faydatidianiya.com
Extrait de Homme-monde ou Homme du monde
De Cheikh Ahmed Boucar Niang

Propos recueillis par Sénégal7