L'Actualité en Temps Réel

En 2013 : Moustapha Niasse échappe à la levée de son immunité parlementaire

La commission ad-hoc sera mise en place à l’Assemblée nationale, à partir du lundi prochain, pour se pencher sur le processus visant à lever l’immunité parlementaire de certains députés du Pds.

S’il y’a un homme au sein de la majorité parlementaire qui est dans une situation complexe, c’est bien le président de l’institution, Moustapha Niasse. Le secrétaire général de l’Alliance des Forces du Progrès a été sauvé de la voie de la Haute Cour de Justice par l’ancien chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade en 2001.

A la rupture avec Abdoulaye Wade, après lui avoir soutenu au second tour lors de la Présidentielle de 2000, Moustapha Niasse devient l’opposant le plus virulent du régime libéral.

Lors d’un meeting politique dans la localité de Wakoungouna, le patron de l’AFP avait accusé le président de la République d’alors de détournement portant sur « 6 milliards de f cfa ».

Cette somme qui a été destinée aux paysans aurait servi au « financement de la campagne électorale » de la coalition Sopi pour législatives anticipées de 2001, selon Moustapha Niasse.

Cette déclaration a été captée au palais de la République qui va actionner la majorité libérale à l’Assemblée nationale pour lever l’immunité parlementaire du député de l’AFP. Accusé de « diffusion de fausses nouvelles », Niasse était en route vers la barre du tribunal.

C’est avec une grande surprise que l’opinion a appris que la procédure de la levée d’immunité parlementaire de Niasse a été bloquée par la commission ad-hoc. Il s’est passé quoi ? L’accusateur a renoncé à toute poursuite contre l’accusé.

Me Wade dit avoir pardonné au Secrétaire général de l’AFP, après des interventions de bonnes volontés dont des « chef religieux ».

Si aujourd’hui, les membres de la famille politique de Wade se sont retrouvés dans la même situation, quelle sera la position de Moustapha Niasse en sa qualité de président de l’Assemblée nationale ? Même s’il s’agit d’une question de majorité au vote, il va sans dire que l’ancien PM sera sensible à ce retournement de situations.

Assane SEYE-Senegal7