L'Actualité en Temps Réel

En Afrique du Sud, le bilan des violences continue de s’alourdir

La ministre de la Défense a annoncé mercredi 14 juillet dans la soirée le déploiement de 25 000 soldats pour endiguer les violences. Des émeutes initialement provoquées par l’arrestation de l’ancien président Jacob Zuma, mais qui se sont rapidement transformées en pillages.

Dans le Gauteng, Johannesburg et Pretoria et leurs alentours, la situation est plus ou moins sous contrôle, a indiqué ce jeudi matin le ministre de la Police. Policiers et militaires y ont rétabli un certain niveau de sécurité, avec des incidents sporadiques dans le Kwazulu-Natal.

Dans le Kwazulu-Natal en revanche, et notamment au nord de Durban et à Pietermaritzburg, la situation est en revanche plus tendue, avec des pillages et des incidents encore signalés ce matin. Le ministre de la Police fait désormais également état d’incidents intercommunautaires. Le bilan de ces violences s’est alourdi, avec 117 morts dans le pays et plus de 2 200 interpellations.

Il est impossible en revanche de chiffrer les pertes matérielles. Mais à Durban, par exemple, de nombreux centres commerciaux ont été pillés et brûlés. Tôt ce matin, des images montraient de très longues files d’attente devant les supermarchés qui n’ont pas été pillés.

L’organisation Busa, qui regroupe les entreprises sud-africaines, a appelé à un couvre-feu 24h sur 24h pendant les prochains jours dans les provinces du Gauteng et du Kwazulu-Natal pour permettre de rétablir la sécurité. L’association des professionnels de la santé a également appelé au déploiement des forces de sécurité autour des structures de santé pour éviter qu’elle ne soient détruites.

Gouvernement critiqué

Dans certains township comme à Vosloorus, au sud de Johannesburg, des citoyens ont passé à tabac des présumés pillards avant de les remettre aux forces de l’ordre. La porte-parole du gouvernement, Kumbuzo Tchaveni, a mis en garde ceux qui se font justice eux-même : « N’outrepassez pas vos droits, ne prenez pas la loi entre vos mains. Nous ne voulons d’une situation ou des membres de la communauté se retrouveraient en porte à faux avec la justice pour avoir tenté de protéger vos proches ou vos biens. »

Des centaines d’habitants se sont réunis dans différents townships autour de Johannesburg (Soweto, Alexandra, Vosloorus) pour ramasser les ordures et tenter de débarrasser les rues et les bâtiments des débris laissés par les pillages. Ce regain de mobilisation populaire pour sauver les quartiers s’accompagne d’une grande colère contre les pilleurs. Reportage dans le township d’Alexandra à Johannesburg, où un centre-commercial et ses alentours ont été dévastés.
En tout cas depuis ce matin le gouvernement fait face à de nombreuses critiques. Pourquoi avoir attendu plusieurs jours avant un déploiement massif de l’armée ?

Senegal7 avec Rfi