Accueil Actualités En grève : Le G20 déroule son plan d’action

En grève : Le G20 déroule son plan d’action

L’école sénégalaise renoue avec la tension. Et c’est le Groupe des 20 syndicats d’enseignants qui sort le bâton contre l’Etat pour annoncer une série d’actions. Frustrés des lenteurs sur les revendications des enseignants, les responsables du Groupe des 20 syndicats d’enseignants (G20) ont fait face hier à la presse pour déterrer la hache de guerre contre l’Etat du Sénégal, en annonçant un mouvement d’humeur à compter du mercredi 21 avril prochain.

Ainsi, les enseignants décrètent un débrayage le mercredi 21 avril 2021 à partir de 10 heures, suivi de grève totale le jeudi 22 avril 2021. Les syndicalistes disent avoir pris cette décision après avoir constaté le faible niveau d’exécution des points du protocole d’accord du 17 février 2014, l’indifférence du gouvernement par rapport aux nouvelles revendications et le refus du gouvernement d’instaurer un dialogue inclusif obligent le G20 à faire face pour défendre les intérêts des enseignants.

Parlant encore du motif du déterrement de leur hache de guerre, le coordonnateur national du G20, Gougnia Niang, a déclaré qu’il y a un manque de réaction du gouvernement face aux préoccupations des enseignants. On rappelle, dit-il, que le G-20 a déposé un préavis de grève le 17 Décembre 2021 et que ce dernier a expiré depuis le 16 Janvier 2020.

Toutefois, rappelle le syndicaliste, le G20 par esprit de patriotisme n’est pas passé à l’action depuis, car il a tenu compte de la difficile situation que vivaient les Sénégalais avec le contexte marqué par la pandémie du covid-19 et ses implications sanitaires et socio-économiques.

Cette volontaire retenue, selon lui, était aussi pour le G-20 une perche tendue au gouvernement pour un dialogue inclusif visant la satisfaction des points de revendication qui accompagnent son préavis. Mais hélas, se désole-t-il, le Gouvernement a fait preuve de passivité sur les revendications des enseignants.

Pour ce qui est du projet de recrutement de 5000 enseignants par l’Etat, Gounia Niang et compagnie approuvent mais rejettent la forme proposée. Se réjouissant de l’initiative, le G-20 rejette le recrutement sur dossier car cela annonce le retour du quota sécuritaire tant décrie et dépassé.

C’est pourquoi, il exige la transparence dans le recrutement qui passe par une sélection par voie de concours. Le G-20 rappelle qu’il veillera toujours à jouer son rôle d’alerte et de veille et remplira sans pression sa mission de défense des intérêts de l’école et des enseignant.

Assane SEYE-Senegal7