L'Actualité en Temps Réel

En perspectives de la présidentielle : L’opposition est-elle à mesure de réguler le jeu politique

0

Un Etat de droit suppose toujours un pouvoir  fort mais aussi une opposition solide  susceptible de faire réguler le jeu politique. Or, au sein du landerneau politique national, de plus en plus de Sénégalais sont d’avis que l’opposition affiche seulement une unité de façade mais qu’elle reste plus désunie que jamais. Pour ce faire, le pouvoir n’aurait-il pas les coudées franches pour s’imposer !

Les rapports entre le pouvoir et l’opposition sont  toujours heurtés en ce sens que chaque entité tente de schématiser son vis-à-vis pour lui ravir la vedette. Mais dans ce « duel à fleur de peau »,la notion de régulation du jeu politique occupe une bonne place. L’Etat doit rester fort et garantir le respect à la loi  et l’opposition assez prégnante pour prendre en charge la régulation du jeu politique. Si dans cette situation contextuelle, l’opposition ne cesse de simuler un semblant d’homogénéité, cela ne fera que la desservir car il n’y a pas pire myopie que de  n’avoir aucune vision prospective de ce que l’on est en train de faire. Et face au pouvoir qui ne cesse de multiplier ses initiatives politiques, viables ou récusables, elles peuvent bien passer même si l’on en contesterait  non la légalité mais la légitimité. Dans une opposition où les différents leaders ne peuvent s’accorder sur aucun critère sélectif à même de les organiser dans une sorte de hiérarchie de type électoraliste, on ne voit pas comment ils pourraient s’en sortir face à un pouvoir qui profite toujours de leur faiblesse pour leur damer le pion. En tous les cas, les Sénégalais font face à un pouvoir et à une opposition astreints à jouer pleinement leur rôle pour la régulation du jeu politique. La seule fausse note qui pourrait faire mouche dans cette « symphonie politique », c’est que l’erreur politique se paye cash.

Assane SEYE-Senegal7

laissez un commentaire