L'Actualité en Temps Réel

Énergies fossiles : Les producteurs de pétrole africains à ‘épreuve de l' »accord de Galsgow »

0

L’accord final trouvé à Glasgow par les pays industriels du Nord, signée notamment par les Etats-Unis, le Canada et le Royaume-Uni suscite la colère et la frustration chez les pays africains producteurs de pétrole et de gaz. L’accord en question vise à mettre un terme au financement à l’étranger de projets d’énergies fossiles, d’ici à la fin de 2022, « pour privilégier le soutien à la transition vers une énergie propre ».

Les pays africains producteurs de gaz et de pétrole, ainsi que ceux où de récentes découvertes de ces énergies fossiles suscitent des espoirs de développement, ne sont pas prêts à renoncer au pétrole et au gaz. « Limiter le développement des projets liés aux énergies fossiles, en particulier le gaz naturel, aurait un impact profondément négatif »,  a récemment déclaré le vice-président nigérian Yemi Osinbajo. L’arrêt des financements des énergies fossiles est jugé « injuste » par le président sénégalais Macky Sall.

Pallier les carences de l’exploitation pétrolière en assurant une transition vers les énergies propres reste néanmoins un objectif possible, à condition que les pays du Nord qui polluent le plus tiennent leurs promesses à aider les pays du Sud, premières victimes du réchauffement climatique. Pourtant, en Afrique, plusieurs études ont présenté des arguments sur l’importance qu’il y a à financer l’adaptation. Selon un récent rapport, publié par la Fondation Heinrich Böll Stiftung, les projets d’adaptation aux changements climatiques ont reçu la part la plus importante des financements annoncés par les fonds internationaux dédiés à cet effet, sur la période allant de 2003 à 2020. « Les données indiquent que 5,9 milliards de dollars ont été approuvés pour 827 projets et programmes dans toute l’Afrique subsaharienne depuis 2003. Un peu plus d’un tiers, soit 37% du financement approuvé de ces fonds multilatéraux pour le climat, a été fourni pour des mesures d’adaptation ».

Par ailleurs, l’accord final de Glasgow est d’autant plus paradoxale et injuste en ce sens que les États-Unis mettent en œuvre des techniques d’extraction de gaz de schiste par fracturation de la roche, en même temps que la découverte de gisements massifs étendus sur une zone allant du Dakota du Nord jusqu’au golfe du Mexique. Or, l’exploitation du gaz de schiste est loin d’être une mince affaire : les environnementalistes convergent, pour indiquer qu’elle est à l’origine de la pollution des nappes phréatiques sur des surfaces très étendues, étant donné que l’eau utilisée pour la fracturation des roches, contient des additifs chimiques létaux, qui vont inévitablement se disperser dans les sols et sous-sols. 

Mieux, le fait paradoxale, injuste, relève Abou Bakr MOREAU, Enseignant-chercheur, Etudes américaines, Flsh, Ucad, c’est que les énergies qui sont le carburant de l’économie mondiale et ce sont les énergies fossiles (le charbon et le gaz) qui ont permis l’industrialisation de tous les pays signataires de cette déclaration. Selon un Analyste économique – Financier sénégalais, cet accord, s’il venait à être mise en oeuvre, aurait d’abord comme première conséquence un « arrêt total ou un retard des projets d’investissement dans le secteur des hydrocarbures ». Et à ce retard, dit-il, viendrait s’ajouter, pour le cas du Sénégal, celui déjà observé avec la crise sanitaire qui a fait « reculer la période de production commerciale de 2020-2021 à fin 2023 ».

A.K.C – Senegal7

laissez un commentaire