L'Actualité en Temps Réel

Enquête: Comment Lac Rose revit sans le rallye Paris Dakar

10

Après deux années de ralentissement des activités touristiques, Lac Rose renaît grâce au tourisme local. L’une des rares stations balnéaires dans la capitale à  attirer les Dakarois. L’accès à cette zone devenue enclavée donne de l’espoir à ce secteur qui peine à décoller au pays de la Teranga.

 

« Nous sommes ici depuis une semaine loin de la poussière, des ronronnements des voitures et profiter du soleil. », rétorque ce jeune couple venu de la cité des Magistrats a 35 kilomètres de Lac rose dans la commune de Niague Tivaouane Peul. Sur les rebords de la piscine, Malick sirote son jus de fruits, il regarde distraitement les marmots qui pataugent dans le petit bassin. Ce jeune cadre sénégalaise est aussi venu passer le week-end pour se décontracter et se requinquer.  » Après cinq jours intenses dans un cabinet d’audit sis au centre ville, il est normal de se refaire une autre santé. Lac rose me donne un secondee souffle. »

 

Mais dans ce lieu balnéaire à deux kilomètres de la plage, il n’y a pas que des touristes,  a des excursionnistes y viennent pour passer la journée et profiter de la brise et du soleil. Amina et Fatou sont de Rufisque, chaque vacance, elles viennent se délasser les weekends ici. » C’est le seul lieu où nous pouvons nous épanouir « , confirment t-elles.

Le départ du rallye Paris Dakar a été un coup…

A l’hôtel Salim, il y a quarante huit chambres, à cette heure de la journée, elles sont toutes presque pleines. La plupart des clients sont des Sénégalais de revenu moyen. Les touristes français et belges constituent la deuxième clientèle. Le tourisme local a permis cet hôtel construit depuis 1983 de résister au départ du rallye Paris Dakar qui était 40% du chiffre d’affaire des établissements touristiques.  » Le départ du rallye Paris Dakar a été un coup de massue pour les artisans « , explique cet ébéniste, Mor Fall qui gagne sa vie dans le village artisanal au bord des rives du Lac. Mais depuis quelque temps, il y a une légère amélioration. Ce sont les marchands ambulants qui sabotent le métier, ils agressent les touristes et les empêchent de venir jusqu’au village artisanal. Il faut plus d’organisation.

En 2007 la menace djihadiste avait complètement ralenti les activités au Lac Rose. Mais depuis deux ans, le tourisme de découverte a commencé à retrouver ses marques, explique Amadou Boccoum, directeur de l’hôtel Salim. Sur l’ un des quatre restaurants de l’hôtel, on s’apprêter a installer le buffet. Un vigile est aux aguets, les clients font la queue pour se servir.  Les dimanches, on est plein, confirme Olivier, directeur de l’ hôtel Palal. Ce Français qui a investi dans l’ hôtellerie sénégalaise pense que le manque d’une vraie politique  affecte le secteur. Mais espère un meilleur avenir.

Les hôteliers pointent du doigt le ministère du tourisme et la commune. Pour eux, aucune mesure de contrôle existe. Ce qui se traduit par la prolifération des auberges non homologués et des maisons des hôtes qui concurrencent déloyalement les hôtels. Une pilule amère pour Boccoum et autres gérants.

Pour sa part Baba Ndoye, directeur général de l’école nationale de la formation en hostellerie et touristique (Enfht) et technicien au ministère du tourisme explique que des mesures sont prises dans ce sens, mais il y a un manque de suivi. Ce qui fait que le milieu est infesté par des investisseurs qui ne respectent pas les règles administratives.

Menace djihadiste

A La c rose la concurrence déloyale n’est pas le seul problème, la question sécuritaire est aussi sur toutes les lèvres. Depuis la menace terroriste, des agents de police touristique sont déployés dans les hôtels. Mais pour certains gérants d’hôtel, ces premiers ne sont pas armés, ce ne sont que des forces dissuasives. Toutefois, les hôtels ont chacun un personnel responsable de la sécurité.

Pour la mairie, il faut que l’Etat redouble de vigilance, le risque zéro n’existe pas. Pour Maguette Ndiour conseiller municipal et chargé des affaires touristiques, les agents de sécurité de proximité ne suffissent pas pour faire face à la menace djihadiste, il faut plus de moyens comme à Saly où les gendarmes veillent au grain.

La zone est devenue plus accessible avec la ligne de bus 73 et les nouveaux projets:le pole de Diamniadio a donné un nouveau visage à Lac Rose.

Afficher les commentaires(10)