L'Actualité en Temps Réel

ESCROQUERIE: Le charlatant Souleymane Cissé envoûtait ses victimes avec des incantations et les détroussait de leurs biens

0

Souleymane Cissé restera en prison pendant 6 mois pour avoir escroqué Seynabou Sall, Assane Ndiaye et Maïmouna Niang en utilisant de la magie.

Le tribunal d’instance a jugé et condamné à 6 de prison ferme Souleymane Cissé pour les délits d’escroquerie et de charlatanisme au préjudice de Seynabou Sall, Assane Ndiaye et Maïmouna Niang, résidant tous à Rufisque. Le prévenu Souleymane Cissé formulait des incantations dès qu’il rencontrait ses victimes. Celles-ci lui donnaient tous leurs biens en étant sous l’emprise de cette sorcellerie. Il avait grugé une fois Seynabou Sall en lui subtilisant son ordinateur ainsi que son téléphone portable. Ensuite, c’est au tour d’Assane Ndiaye à qui il a volé ses 40.000 francs Cfa le 11 février dernier, puis Maïmouna Niang.
Reconnu par Assane Ndiaye, qui allait faire sa livraison de pain à ses clients habituels, quelques jours plus tard, Souleymane Cissé sera arrêté avec l’aide des riverains, puis conduit à la police de cette localité. Le 31 mars, il a été placé en détention provisoire pour escroquerie et charlatanisme.

Le prévenu Souleymane Cissé : «Je n’ai rien fait de ce dont on m’accuse»

A la barre, il a essayé de nier. «Je ne connais pas ces individus à mes côtés et je ne les ai pas volés. Ce garçon m’a trouvé en train de réparer mon véhicule sur la route. C’est là qu’il a commencé à m’accuser et toute une foule s’est formée. Je n’ai pas besoin des biens d’autrui, car j’ai mon travail. Je rends grâce à Dieu car j’ai ma maison à Diamniadio. Je n’ai rien fait de ce dont on m’accuse», se défend-il.

Seynabou Sall, une des victimes : «après avoir tenu ma main, je ne savais plus où j’en étais»

Faux, l’interrompt sa première victime, Seynabou Sall, qui dit reconnaitre son voleur un an après son agression. «Je vaquais à mes occupations lorsqu’il m’a interceptée. Il m’a dit qu’il venait de la Casamance et il ne connaissait personne dans les parages. Il m’a dit qu’il cherchait sa mère et là je lui ai fait savoir que j’ai des maux de ventre. Je lui ai proposé de le mettre en rapport avec une autre personne. Pour me remercier, il m’a demandé de tendre mes mains afin qu’il formule des prières pour moi. J’ai obéi et, au moment où il a commencé, il m’a raconté des choses sur ma vie qui étaient vraies. Ensuite, je ne savais plus où j’en étais», déclare la dame mariée, le ventre arrondi.
Persistant dans ses accusations, elle enfonce le sieur Cissé. «Puis il m’a affirmé que mon oncle qui se trouve en Espagne m’a envoyé un ordinateur, ce qui est avéré. Il m’a ordonné d’aller le chercher et de le lui remettre. Je le lui ai donné et il a aussi pris mon portable, que mon mari m’a donné comme cadeau de mariage. Quand il est parti avec tous mes biens, je suis restée des heures au niveau de la gare routière sans retrouver mes esprits. Je n’avais pas porté plainte à cette époque-là. Lorsqu’on m’a appelée à la police pour d’éventuelles vérifications sur mon agresseur, je l’ai désigné parmi tant d’autres gars présents. Je le reconnais et je ne peux pas le confondre, car le jour des faits, je suis restée avec lui de 11h jusqu’à 14h. Je demande 175.000 en guise de remboursement».

Assane Ndiaye, autre victime l’enfonce

Quant à Assane Ndiaye, il déclare : «Il m’a trouvé avec la somme de 40.000 francs qui constituait l’argent de la vente de pain. Au moment où il conduisait, il m’a demandé si je ne détenais pas d’objets dangereux, car sa voiture était muni d’un détecteur pour ces objets et que les gens avec qui ils bossent sont compliqués», dit-il. Puis de poursuivre : «sur le coup, je lui ai répondu que non. En palpant mes poches, j’ai sorti la somme. Il m’a alors sommé de l’emballer dans du papier journal, ce que j’ai fait. Quand nous sommes arrivés à hauteur d’un vendeur de fruits, il me demanda d’aller lui acheter d’autres cartons vides. A mon retour, il n’était plus sur les lieux. Quand j’ai vérifié le papier journal dans lequel j’avais emballé l’argent à sa demande, tout avait disparu. Je le reconnais et c’est pour cela que je l’ai attrapé dès que je l’ai vu. Je réclame cette même somme qu’il m’a volée, car elle ne m’appartient pas».
Absente à l’audience, Maïmouna Niang a été entendue à la police où elle a fait ses déclarations qui enfoncent le prévenu.
Ne faisant pas de réquisitions sur cette affaire, le procureur Saliou Ngom se rapporte à la sagesse du tribunal. Pour sa part, le conseil du prévenu a botté en touche en indiquant qu’il n’y a pas de preuves matérielles rapportées à la barre pour accuser son client Souleymane Cissé. A cela, il ajoute que le charlatanisme ne peut être prouvé scientifiquement, car on ne peut démontrer si oui non le prévenu a usé de subterfuges pour se faire remettre les biens d’autrui. Pour finir, l’avocat demande la relaxe et la restitution du véhicule appartenant à son client.
Au délibéré, Souleymane Cissé est reconnu coupable et condamné à 6 mois de détention ferme et a alloué à Seynabou Sall la somme de 175.000 et à Assane Niang 40.000 francs. Le tribunal réserve les intérêts de Maïmouna Niang, une des victimes.

jotay.net

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.