Accueil Actualités Escroquerie : Le marabout de 62 ans, la bougie de 2 millions...

Escroquerie : Le marabout de 62 ans, la bougie de 2 millions et la femme « djinn»

charlatant
charlatant

Le marabout Moustapha Fall né en 1955, marié à 3 femmes et père de 6 enfants  a comparu devant le juge statuant en matière de flagrants délits.
En effet pour rentabiliser son commerce en Europe, Mansour Sarr avait rencontré le marabout qui lui avait promis la somme de 3 milliards et une femme « djinn » mais  il faudrait d’abord qu’il réponde aux exigences des génies qui réclament avant l’opération la somme de 3 millions.
A la barre la partie civile Mansour Sarr a déclaré que le prévenu lui avait demandé de lui remettre la somme de 250 mille pour commencer les travaux le même jour comme il en avait fait part à un de ses amis Lamine Diédhiou.
Pour amadouer son client, le marabout a crée une rencontre avec les « djinns » dans la carrière de Toglou vers les coups de 21 heures.  Sur place en effet, des voix invisibles leurs ont parlé,  leur demandant de remercier Dieu de leur avoir accordé cette chance.
« Les « djinns » nous ont dit que Diédhiou et moi allons recevoir chacun 3 milliards. Et nous allions aussi avoir chacun, une épouse djinn. La mienne s’appelait Maimouna.  Peu de jours après Moustapha Fall  m’a appelé pour que je verse l’argent. J’ai dans un premier temps vendu mon véhicule et lui ai remis 1 million 500.000 FCFA.»
Interrogé Moustapha Fall déclare que la partie civile lui a expliqué que c’est le fils de son marabout qui lui avait demandé de quitter l’Europe pour venir s’installer au Sénégal afin de travailler dans les carrières de son père moyennent la somme de 300 mille par mois. Ne pouvant pas refuser l’offre il est venu gérer la société mais a fini par avoir des problèmes avec son patron qui la licencié c’est ce qui l’a motivé à demander mes services.
Je lui ai remis de l’eau bénite écrite avec le coran mais je ne lui ai jamais donné de femme djinn ».
La partie réclame la somme de 3 millions 250.000 FCFA.
Le ministre public a requis la peine de 2 ans ferme. La défense  a plaidé pour la relaxe au bénéfice du doute car selon elle, dans ce dossier il n’y a aucun élément objectif pouvant justifier sa culpabilité.
Délibéré le 13 juin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici