Accueil Actualités ETATS-UNIS : Le « mur » de Trump toujours bloqué par...

ETATS-UNIS : Le « mur » de Trump toujours bloqué par ses adversaires

Au 12e jour du « shutdown », les discussions ont de nouveau été stériles mercredi à Washington. Donald Trump s’est montré inflexible sur le mur qu’il veut édifier à la frontière avec le Mexique, ses adversaires démocrates ont réaffirmé leur refus catégorique de le financer.

 

« Cela pourrait durer longtemps », a lancé à propos de la paralysie partielle de l’administration fédérale le président américain, qui a convié les responsables des deux bords à une nouvelle rencontre vendredi. A la veille de la mise en place du nouveau Congrès – le 116e de l’Histoire – où les démocrates contrôleront désormais la Chambre des représentants, les deux camps ont continué à se renvoyer la balle sans bouger d’un iota. A l’issue d’une réunion à la Maison Blanche, Chuck Schumer, chef des sénateurs démocrates, a déploré que le président et les élus républicains prennent les Américains « en otage ». Donald Trump réclame plus de 5 milliards de dollars pour édifier son mur afin de lutter contre l’immigration clandestine. Ses adversaires politiques s’y opposent, jugeant que le « magnifique mur » vanté par le magnat de l’immobilier n’est en aucun cas une réponse adaptée au débat complexe sur l’immigration. Concrètement, les démocrates présenteront jeudi à la Chambre des représentants un texte que l’équipe Trump a par avance rejeté. Nancy Pelosi, prochaine speaker démocrate de la Chambre des représentants, a en effet proposé d’adopter les budgets de la plupart des administrations jusqu’au 30 septembre tout en ne finançant que jusqu’au 8 février le budget sensible du département de la Sécurité intérieure, qui supervise notamment la sécurité des frontières. Mais Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif américain, a d’ores et déjà averti que cette démarche était vouée à l’échec car « elle ne garantit pas la sécurité aux frontières » et « place les besoins d’autres pays au-dessus » de ceux des citoyens américains. Les républicains ont toujours le contrôle du Sénat mais toute loi budgétaire devant être adoptée par 60 voix sur 100 à la chambre haute, ils ne peuvent se passer des démocrates. Depuis 12 jours, un quart de l’administration fédérale est au chômage technique. La fermeture partielle affecte de nombreux ministères, seuls ceux de la Défense et de la Santé ne sont pas concernés. Dans tout le pays, les musées et les parcs nationaux sont fermés, dans les prisons, les gardiens sont en sous-effectifs, les tribunaux tournent au ralenti, et la police des frontières ne peut répondre aux plus de 2 000 demandes d’asile quotidiennes. Sur les 4 millions de fonctionnaires américains, 800 000 d’entre eux sont directement concernés. Parmi eux,  380 000 ont été mis en congé sans solde et les 420 000 restants sont tenus de travailler sans être payés. Pour leur venir en aide l’agence en charge des fonctionnaires demande à leurs propriétaires et à leurs banques d’alléger leurs loyers ou leurs remboursements de prêts le temps que durera le « shutdown ». Ce bras de fer entre la présidence et le Congrès qui entraîne la paralysie d’une partie de l’activité économique représente un coût. L’agence Standar and Poor’s  évalue l’impact sur la productivité à 1,2 milliard de dollars par semaine.

Assane SEYE-Senegal7