Accueil Amerique Etats-Unis: un an de départs et de démissions dans l’administration Trump

Etats-Unis: un an de départs et de démissions dans l’administration Trump

Nouveau départ à la Maison Blanche : Gary Cohn, le principal conseiller économique de Donald Trump, a démissionné. Il n’a pas réussi à convaincre le président américain de revenir sur sa décision de taxer les importations américaines d’acier et d’aluminium qui fait débat au sein même des Républicains. De fait depuis l’arrivée de Donald Trump à la tête du pays, la liste des responsables qui ont démissionné, ont été contraints de partir ou ont tout simplement été mis à la porte de la Maison Blanche commence à être longue.

 Pour Donald Trump, qui l’a encore tweeté ce mardi matin, cette cascade de départs correspond à un fonctionnement normal de la Maison Blanche : « il n’y a pas de chaos, juste une énergie fantastique ». Une énergie centrifuge alors, puisqu’elle semble pousser les responsables vers la sortie.

La ministre de la Justice Sally Yates avait ouvert le bal dès l’entrée en fonction de Donald Trump, en janvier 2017, limogée quelques heures seulement après avoir appelé à ne pas appliquer le décret présidentiel sur la limitation de l’immigration. Depuis, les départs fracassants sont devenus monnaie courante : de Steve Bannon, le conseiller stratégique et architecte de la victoire de Trump à la présidentielle, jusqu’à Reince Priebus, le secrétaire général de la Maison Blanche, en passant par Tom Price, le secrétaire à la santé, dont les frais de déplacements en avion privé avaient fait tiquer jusqu’au président et qui de toute façon n’était pas parvenu à abroger l’Obamacare.

Les victimes du dossier russe

Mais c’est le dossier russe – l’éventuelle collusion entre l’équipe de campagne de Donald Trump et Moscou – qui a fait le plus de victimes. Le 13 février 2017, le président est d’abord forcé de pousser vers la sortie son conseiller stratégique Michael Flynn, après la révélation de ses entretiens avec l’ambassadeur de Russie aux Etats-Unis avant l’entrée en fonction du milliardaire. D’autant que Flynn, soupçonné d’y avoir abordé la question des sanctions américaines envers la Russie, aurait ensuite dissimulé le contenu de ces conversations au vice-président Mike Pence.

Par contre, c’est de son propre chef que Donald Trump limoge au mois de mai James Comey, le directeur du FBI, qui dirigeait l’enquête, puis en janvier dernier le directeur adjoint du Bureau, Andrew McCabe, partial dans son traitement de l’enquête selon le président car proche des démocrates. Des Républicains l’avaient d’ailleurs, pour la même raison, accusé d’avoir bâclé l’enquête sur les emails d’Hillary Clinton – accusation dont le FBI l’a blanchi il y a quelques jours.

Des problèmes de communication

Il faut noter aussi les départs du chef de cabinet Rob Porter, présenté comme le bras droit du président, accusé de violences conjugales – ce qui n’empêchera pas Donald Trump de voler à son secours : « Nous lui souhaitons le meilleur, c’est un moment difficile pour lui » a ainsi déclaré le président américain. Et d’Anthony Scaramucci, le directeur de la communication de présidence, remercié pour propos déplacés sur ses collègues – insultes, obscénités.

De fait, la Maison Blanche de Donald Trump en est à son cinquième directeur de la communication. C’est peut-être un signe.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments