edition

Eternels «insurgés» : Wade avait son Barth, Macky a son Guy

0

Durant tout le règne de Wade, douze ans durant à la tête du Sénégal, le maire de la commune de Sacré-Coeur/Mermoz, Barthélémy Dias, lui en a fait voir de toutes les couleurs. Farouche opposant et «éternel insurgé», il a séjourné en prison, avant d’y retourner.

Sous Macky Sall, notamment au cours de son second mandat, un autre activiste, Guy Marius Sagna, lui aussi, «éternel insurgé » s’est illustré par ses positions radicales contre le pourvoir en place. Après une libération provisoire, il retourne en prison, de par ses positions contre le pourvoir en place.

Barthélemy contre les Wade…

Son radicalisme total au pouvoir de Wade lui a fallu la prison. Ainsi, pour avoir sa peau, le pouvoir d’alors a été accusé d’envoyer des nervis en décembre 2011 pour saccagé sa mairie. Hélas ! Il s’en est suivie mort d’homme. Et Barthélémy Dias est accusé d’avoir tué le militant libéral. Le maire de la commune de Sacré-Coeur/Mermoz est visé par trois chefs d’inculpation avant d’être incarcéré ainsi que son garde du corps après les violences politiques du 22 décembre 2011.

«Homicide volontaire, coups et blessures volontaires et détention d’arme à feu sans autorisation administrative» : c’est sous ces trois chefs d’accusation que Barthélemy Dias a été placé sous mandat de dépôt mercredi 28 décembre 2011.

Dias fils avait affirmé avoir agi en légitime défense, en tirant des coups de feu pour se protéger contre des partisans du pouvoir.

«Il y avait une centaine de nervis, il y avait des sergents recruteurs, mais il y avait également des commanditaires qui leur ont donné des moyens, qui leur ont donné notamment des voitures, qui leur ont donné des armes, qui leur ont donné de l’argent pour les rétribuer, et ces gens-là dorment tranquillement chez eux», s’est indigné Me Moustapha Mbaye, l’un des avocats de Dias.

Ce n’est qu’à l’arrivée de Macky Sall au pouvoir en mars 2012, que Barthélemy Dais a eu le salut.

Un autre éternel insurgé…

Tout le temps que Wade était aux affaires, Guy Marius Sagna servait à Tambacounda dans le secteur de la Santé. La révélation de son nom au grand public coïncide avec la réélection de Macky Sall en février 2019.

Désormais, l’activiste ravit la vedette aux autres mouvements citoyens, et aux partis politiques dans la revendication des aspirations des populations.

Mieux, il se fait avocat du peuple noir pour le départ du colon en Afrique. Et même plaider pour le changement du F Cfa qui est une monnaie imposée par la France. Avec d’autres activistes, ils mettent en place la plateforme : «Révolutionnaire Anti-impérialiste Populaire et Panafricaine (FRAPP FRANCE DEGAGE)».

L’activiste Guy Marius Sagna, éternel insurgé a été libéré le 16 août dernier après un mois de détention préventive pour « fausse alerte au terrorisme ». En liberté provisoire, le militant anti-impérialiste, qui réclame la transparence dans la gestion des ressources pétrolières et gazières au Sénégal, n’en a pas encore terminé avec la justice pour autant.

Avec sept autres de ses compagnons, Guy Marius Sagna a été placé sous mandat de dépôt, mercredi dernier aux alentours de 20h, après une brève audition devant le Doyen des juges. Ils ont tous, à l’exception de Souleymane Dioum, été inculpés de « participation à une manifestation non autorisée, actions diverses et rébellion », sur la base de constats de la sûreté urbaine et d’images enregistrées, dont certaines ont été publiées sur les réseaux sociaux.

Le magistrat instructeur a ordonné leur « placement immédiat en détention provisoire », comme demandé par le procureur de la République. Le leader de «France-dégage» et Cie vont ainsi commencer, dans la nuit de mercredi à jeudi, à faire l’objet d’une détention préventive, au terme de cinq jours de garde à vue.

Ils ont été interpellés vendredi après une manifestation devant les grilles du palais de la République contre la hausse du prix de l’électricité.
Ainsi, si Wade avait son Barthélémy Dias, Macky Sall a son Guy Marius Sagna.

Leave a comment