L'Actualité en Temps Réel

Exclusion de Mimi : Les députés du PDS ont voté l’initiative de l’APR !

Les députés du Parti démocratique sénégalais ont été en phase de la décision du bureau de l’Assemblée nationale de destituer Aminata Touré. C’est pour rester dans la logique du parti puisque c’est le Pds qui a introduit cet article dans le règlement intérieur de l’assemblée mais également dans la Constitution. La chargée de communication de Parti démocratique sénégalais précise que cela est loin d’être une revanche.

« Les députés du Pds qui sont dans le bureau ont eu à voter pour cela tout simplement pour rester logique avec la ligne du parti et être logique avec nous-même puisque c’est nous qui avons introduit cette loi dans la Constitution et également dans le règlement intérieur« , a d’emblée déclaré Nafissatou Diallo. Qui ajoute qu’à l’époque, le président Wade avait pour volonté de renforcer l’Opposition parlementaire même s’il était au pouvoir pour éviter la transhumance des politiques et des députés à l’Assemblée nationale.

Revanche ?

Selon la parlementaire, le acte ne s’inscrit pas dans le cadre d’une revanche au regard des poursuites de l’ancien ministre de la justice dans leur camp.  « C’aurait été n’importe qui, on aurait fait la même chose parce qu’en 2009, on ne savait même pas qui était Mimi Touré. Quand nous avions appliqué cette loi là, quand nous l’avions fait avec Madické Niang, nous ne pensions pas qu’un jour, ça pouvait arriver à Mimi Touré. C’est une loi qui est Constitutionnelle, qui est dans notre architecture constitutionnelle mais également l’article 7 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui le dit et très clairement« , a notamment expliqué Mme Diallo.

Lire aussi : Exclusion de l’Assemblée : Mimi Touré tient une conférence de presse ce mercredi !

Démission de Mimi du Groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar

Et dire que le Pds a été conforté par le fait que Madame Mimi Touré a démissionné de son groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar. « Elle est parmi les non-inscrits et également, par exemple au Pds, la démission n’est pas forcément écrite. Au Pds, une collision avec l’adversaire est considérée comme démission de faite. Ce qui serait incohérent aujourd’hui, c’est de ne pas voter cette loi« , a conclu Nafissatou Diallo.

Birama Thior – Senegal7