Accueil Actualités Exploitation du pétrole : Macky convie les sénégalais à de larges concertations

Exploitation du pétrole : Macky convie les sénégalais à de larges concertations

En marge de l’Assemblée générale de l’Association des autorités anti-corruption d’Afrique (Aaaca), le chef de l’Etat Macky Sall qui présidait cette rencontre, a annoncé la tenue d’une grande concertation nationale sur l’exploitation du pétrole et du gaz, avec la « société civile, l’opposition, la majorité et les forces vives ». Et ce, pour une gestion inclusive et durable des ressources au profit des sénégalais.

Le Président de la République, Macky Sall est disposé à appeler toutes les franges de la société sénégalaise à de grandes concertations sur l’exploitation du pétrole et du gaz. Il l’a fait savoir, hier, au cours de la 3e l’Assemblée générale de l’Association des autorités anti-corruption d’Afrique (Aaaca) qu’il présidait. « je vais convoquer au courant de ce mois de mai une grande concertation nationale et j’espère que tout le monde répondra à cet appel parce qu’il s’agira de parler de nos ressources et nous allons voter une loi avant même le début de l’exploitation »,a-t-il indiqué. Selon le Président Sall, ces concertations impliqueront toutes les franges de la société (opposition, société civile, majorité et forces vives, entre autres).Et d’ajouter qu’une loi sur les modes de répartition des revenus de l’exploitation du pétrole et du gaz sera présentée à l’Assemblée nationale avant même l’arrivée d’un premier baril. Egalement sur les moyens de lutte contre la corruption, à la suite de M.Emmanuel Ollita Ondongo, président de l’Aaaca qui plaidait pour la mise en place d’une taxe à l’échelle du continent pour financer la lutte anti-corruption, le chef de l’Etat a indiqué « vous m’avez chargé d’être votre interprète auprès des collègues de l’Union africaine(Ua).Je le ferai volontiers, mais je dois dire que pour faire passer à l’Ua la décision d’une taxe, ça ne sera pas facile. Même pour le financement de l’union, on a fait plus de deux ans pour aboutir à 0,2% des importations et même ça, beaucoup de pays n’étaient pas d’accord. Il faudra que la volonté des Etats se manifeste aussi à travers les moyens à mettre en œuvre à la disposition des organismes de lutte », éclaire-t-il. Avant d’indiquer qu’il est impératif de bâtir à partir de ces assises de Dakar les consensus nécessaires pour assurer l’union sacrée contre le phénomène destructeur de la corruption, renseigne le Président Sall.

Senegal7.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici