Face au juge : Ndèye Khady Ndiaye dit ne pas reconnaitre Adji Sarr

La confrontation entre la patronne de Sweet Beauty, Ndèye Khady Ndiaye, son mari et son ex-employée Adji Sarr a pris fin hier jeudi. Une audition qui a démarré depuis 11 heures avec une suspension à l’heure de la rupture du jeûne pour ainsi reprendre vers 20 heures.

 À leur sortie du Tribunal de grande instance (TGI) hors classe de Dakar, la masseuse et son avocat, Me El Hadji Diouf n’ont pas fait de déclaration. Ils ont quitté les lieux sous escorte des éléments du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN). Là où, l’autre partie s’est adressée à la presse, sans pour autant entrer dans le fond du dossier. 

 D’emblée, Ndèye Khady Ndiaye a soutenu avoir passé une journée éprouvante au palais de justice de Dakar. «C’était dur à l’intérieur, dans le bureau du Doyen des juges d’instruction (DJI). J’ai quitté chez moi vers 10 heures en laissant ma famille là-bas. Et depuis ce matin, ma bonne n’a cessé de m’appeler et je ne pouvais pas la décrocher», a-t-elle affirmé. 

 «Je n’ai pas peur. Je suis sereine car…»

 Poursuivant sa déclaration, la propriétaire du salon de massage a révélé: «Je n’avais pas en face de moi Adji Sarr. Ce n’est pas la même personne qui était avec moi dans les locaux de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane lors de l’enquête préliminaire. Et si ce n’était qu’elle, le dossier allait être bouclé depuis belle lurette. Sur ce, je veux dire aux Sénégalais que j’ai fait face à une autre Adji Sarr aujourd’hui. J’étais avec des gens d’Abidjan». 

  Terminant ses propos, Ndèye Khady Ndiaye a laissé entendre: «Je le jure devant Dieu que je ne vais pas changer de version. Tant que je vivrai, je resterai fidèle à ma position. Je n’ai peur de rien ou de qui que ce soit. Je suis sereine. Car, seul le pouvoir de Dieu est éternel. Je remets tout entre les mains du Tout-Puissant».

Assane SEYE-Senegal7