Faits et gestes : Thierno Alassane Sall, un TAS de caractère !

Thierno Alassane Sall aime ramer à contre courant. Un caractère qui a tendu ses relations avec le Président Wade tout comme il a poussé le ministre de l’Énergie d’alors à tenir tête à l’actuel Chef de l’État autour d’un contrat d’exploration du pétrole et du gaz avec le géant français Total. Son tempérament lui a couté son poste dans le Gouvernement. Aujourd’hui, il lui attire les foudres de certains de ses collègues opposants excédés par la liberté de ton de cet homme politique qui n’hésite pas à s’affranchir parfois de leurs codes et même à indexer certaines de leurs déviances. Cette audace lui a attiré les attaques de certains partisans de Ousmane Sonko. Thierno Alassane Sall avait commis le crime de lèse majesté de remonter les bretelles à leur leader après sa bagarre au parlement. Mais le leader de la RV n’est pas du genre à se défiler :

Sall n’a pas sa langue dans sa poche. La semaine dernière, il a attiré l’attention de Sonko. Lui disant clairement que l’objectif de Macky Sall est de l’éliminer. Et il n’hésiterait pas pour ce fait. Du pur TAS.

De Wade à Macky

Ses positions, il les assume comme ce fut le cas avec le Président Abdoulaye Wade qui caressait l’ambition de quitter l’ASECNA. Thierno Alassane Sall opposa son désaccord avant d’être écarté de son poste de représentant au Sénégal de l’ Agence pour la sécurité de la navigation aérienne (ASECNA). Dix ans plus tard, l’histoire bégaie. Le ministre de l’Énergie d’alors tient tête au Président de la République Macky Sall autour d’un contrat d’exploration du pétrole  et du gaz avec le géant Français Total. Il rendra le tablier (une thèse contestée par le régime qui parle de limogeage). Qu’importe, Thierno Alassane Sall a fait honneur à sa réputation de dur à cuire. Celui qui mettra sur les fonts baptismaux la République des valeurs (RV) se muera en un virulent opposant du régime qu’il ne ménage pas de ses diatribes. L’artilleur n’épargne même pas ses collègues opposants qui ont parfois droit à quelques remontrances. Il n’hésitera pas, par exemple, à étaler son indignation face au comportement de certains opposants lors du vote du projet de loi sur le terrorisme, « ce qui s’est passé à l’Assemblée nationale est indigne de la République, et participe au discrédit du politique. L’opposition ne peut se résumer à l’invective et à la violence. Elle doit éviter de recourir aux méthodes qu’elle combat ». Sans le citer, Thierno Alassane vise notamment Ousmane Sonko qui s’était bagarré avec un autre député de l’opposition. Le leader de la République des valeurs n’était pas à son coup d’essai.

Un opposant dans l’opposition

Quelques mois plutôt, quand le pays était secoué par l’affaire Sonko-Adji Sarr, il s’était distingué par une posture qui tranche d’avec celle des autres opposants. Face au déchainement de violence et à la menace ambiante, une bonne partie de l’opposition fit profil bas. Thierno Alassane Sall éleva la voix pour dénoncer les actes posés par certains manifestants, remonte les bretelles au juge du 8ème cabinet qui s’était dessaisi du dossier et vole au secours de Me El Hadj Diouf qui avait vu son domicile incendié, « la faillite de nos institutions paraît totale : un juge qui se dérobe par des explications fantaisistes, un avocat traqué du fait de l’exercice de sa fonction mais à peine soutenu du bout de la robe par ses pairs. Les démocrates doivent certes s’indigner de la violence abjecte d’Etat. Ils doivent aussi se dresser face aux procédés de miliciens qui diffusent des listes de “traitres” à abattre », affirme Thierno Alassane Sall. Avec le même ton, il va s’en prendre au capitaine Oumar Touré pourtant brandi en exemple par une certaine opposition. Le patron de la République des valeurs (RV) rappelle ses devoirs au Gendarme, alors accusé d’avoir fait fuité quelques éléments de l’enquête, « l’honneur d’un officier n’est pas dans la désertion devant le péril, se terrer puis se répandre en rumeurs. L’honneur de tout serviteur de l’Etat est de dire non, là où il faut, sans faux-fuyants. Le discrédit de la seule institution encore debout, l’Armée, serait la ruine de notre Nation », écrit Thierno Alassane Sall.

Sans concession

L’ancien ministre s’érige ainsi en rempart des valeurs républicaine. Sa posture le fait distinguer sur la scène politique tout autant qu’il lui attire les foudres de certains partisans de Ousmane Sonko. Il sera accusé de faire les yeux doux au pouvoir, d’être le fameux « Gloria » dont avait fait mention Macky Sall à Thiès. Une rumeur vite éteinte par le concerné qui, sur un ton humoristique, attaque au vitriol le Chef de l’Etat, « si le président de la République est le pain ranci invendable qui fait le poñse, si Idy est le soow de fond du seau que l’on offre à l’indigent avant qu’il ne tourne, alors qui est l’inconnu X-Gloria ? C’est à de telles équations qu’on reconnait la vision d’un homme d’État : il est clair qu’il ne cherche pas la formule pour combattre le Covid et ses ravages ni pour entrer dans l’Histoire. Qui sait, il a dû être inspiré par Sanekh et ses potes de Thiès. En catastrophe de président de la République, Macky Sall “amul moroom, benn la fi ! ».
Il ne lâche pas d’une semelle le Président de la République. Les remontrances adressées à ses collègues de l’opposition sont moins acerbes mais tout autant tranchantes… Le leader de la République des valeurs (RV) marque ainsi son territoire et se forge une identité sur la scène politique.

Mbissane TINE-Senegal7