Accueil Actualités Financement du terrorisme: Tracfin revendique un bon bilan

Financement du terrorisme: Tracfin revendique un bon bilan

Gettyimages 598313507 0

Au début de l’été, Tracfin publiait son rapport d’activité. Le service de renseignement annonce une hausse importante de son activité en ce qui concerne la lutte contre le financement du terrorisme. La coopération avec les établissements financiers n’est pourtant pas toujours évidente.

Parmi les services de renseignement français, Tracfin reste probablement le plus méconnu. Rattaché au ministère de l’Action et des Comptes publics (ancien ministère du Budget), il a pour charge de lutter contre les « circuits financiers clandestins ». Parmi ces derniers, le financement du terrorisme reste un sujet important et en 2018, Tracfin affiche des chiffres à la hausse : 1 038 notes de renseignement ont été rédigées, soit une augmentation de 51 % en un an.

De quoi s’agit-il concrètement ? « Ces notes sont destinées aux magistrats ou autres services de renseignement, traduit Jean-Charles Brisard, consultant et analyste spécialisé sur le terrorisme. Depuis que Tracfin a accès aux fichiers de police, ils peuvent demander des informations à des établissements spécifiques, sur des individus identifiés. »

Le terrorisme diversifie ses financements

Pour faire face à une diversification des financements du terrorisme, Tracfin a dû sensibiliser l’ensemble des acteurs du secteur. Si l’on pense très vite aux grands établissements bancaires, certains terroristes passent par des dispositifs plus originaux, comme les plateformes de financement participatif, les cryptomonnaies ou encore le recours à des prêts à la consommation.

« Jusque 2012-2015, le financement du terrorisme est l’affaire de l’ONU et des États-Unis, résume un ancien d’un service de renseignement français, qui a suivi notamment les flux financiers des groupes terroristes. À l’époque, inscrire Oussama Ben Laden sur une liste et lui interdire d’ouvrir un compte courant, ce n’est pas très compliqué. C’est ensuite que c’est devenu difficile : il a fallu trouver des gens que nous ne connaissions pas et repérer des transactions qui n’étaient pas irrégulières en elles-mêmes. »

SALIOU NDIAYE