L'Actualité en Temps Réel

Focus -2024 : La présidentielle de tous les dangers si des candidatures sont écartées !

Dans un pays où l’on adule tout sauf la vérité, il y a de quoi nourrir de réelles inquiétudes quant au devenir démocratique de notre pays.2024 pointe à l’horizon, les enjeux  politiques sont énormes pour ne pas dire complexes, mais personne ne daigne tirer la sonnette d’alarme s’agissant du capharnaüm politico-judiciaire qui risque de priver la candidature à bon nombre de citoyens susceptibles pourtant de postuler pour diriger dignement notre pays. Pire que mars dernier se prépare dans un silence assourdissant qui en dit long sur l’indifférence dont font montre les acteurs politiques, la société civile y compris les chefs religieux et des citoyens lambda. L’heure est grave  et si rien n’est fait pour baliser les chemins de la candidature libre pour la présidentielle de 2024,le Sénégal risque de plonger  de nouveau dans le chaos !

Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit, et l’obéissance en devoir. Cette maxime si célèbre de Jean Jacques Rousseau résonne en effet aujourd’hui comme un bréviaire pour le devenir démocratique de notre cher pays le Sénégal. Englué dans une impasse politique dont il lui sera difficile de se relever.

Le  Sénégal apparait aujourd’hui comme un pays atypique où celui qui est dépositaire de la souveraineté populaire devient la proie facile d’un pouvoir qui taille tout sur mesure pour régner comme il l’entend au mépris des fondamentaux de la démocratie. Dans le sillage historique du pays des présidents Senghor, Diouf, Wade et Sall, chacun de ces éminences a posé un jalon politique imparable  pour  affiner la  démocratie au sens diachronique du terme.

Chacun de ces Présidents  est astreint, en un moment donné de son magistère, à marquer d’une empreinte indélébile  la consolidation de la démocratie. Mais de tous, seul le Président Macky Sall  qui entend réduire l’opposition à sa plus petite expression, s’inscrit dans une logique de pourrissement de l’adversité politique, qui risque de lui être fatal s’il ne consent pas reculer.

Il est jeune, compétent et très diplomatique mais le seul hiatus qui risque de le perdre, c’est le fait de régner seul et de faire le vide autour de lui, s’inscrivant en porte-à-faux avec les fondamentaux de la démocratie. Ses subterfuges devenus classiques sont devenus un secret de polichinelle. Parrainage, dossiers politico-judiciaires sur des opposants, utilisation abusive du temple de Thémis, intimidation forcenée, tutti quanti.

Autant d’attitudes herculéennes qui font aujourd’hui de lui le Président le plus amnésique aux principes démocratiques qui font le charme d’un pays aspirant à l’émergence. S’il tousse, tout son pouvoir éternue au mépris de l’humilité Républicaine.. Karim Wade est à Doha. L’affaire Adji Sarr continue de tympaniser nos compatriotes. L’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar reste entière.

Concocter toujours des subterfuges pour écarter ses concurrents directs et faire croire aux Sénégalais que dans notre pays c’est la démocratie, c’est  réunir les conditions d’un chaos politique généralisé. Tout se sait dans ce pays mais personne ne voit rien d’autre que « tout va  pour le meilleur des mondes possibles ».

Personne  ne dit rien ou alors l’on préfère ne rien voir et laisser pourrir l’adversité politique. Au Sénégal, on adule tout sauf la vérité. En général dans de pareils cas, c’est le chaos qui risque de suivre. En prélude à 2024,il s’agit de baliser la voie à la jeune génération de Sénégalais susceptibles de diriger le pays.

Toute tentative de colporter des manœuvres de bas étages pour forcer le barrage et piétiner les droits fondamentaux des « présidentiables », c’est scier la branche politique sur laquelle on reste adossé. C’est à dire s’inviter à une chute libre et imparable, quelle qu’en soit le format ! La société civile y compris les chefs religieux, les acteurs politiques et des sénégalais de bonne volonté doivent alerter en amont afin que le pire soit évité en 2024 !

Assane SEYE-Senegal7