Accueil Actualités Focus-Affaires Khalifa et Karim : Après le temps de la Justice, le...

Focus-Affaires Khalifa et Karim : Après le temps de la Justice, le temps de la politique

Notre confrère Cheikh Yérim Seck a  fait état, hier sur le plateau de la tfm, du temps de la Justice qui devrait être suivi du temps de la politique, relativement aux affaires Karim Wade et Khalifa Sall. Point ne serait  de trop à ce niveau de parler de nœud gordien d’un dialogue  national inclusif qui participerait à dissiper les effluves de feuilletons judiciaires dont les Sénégalais ne veulent plus entendre parler. Ce faisant, il importe  de préciser que le temps de la Justice ne serait qu’un maillon de la chaîne du temps de la politique.

Après le temps de la Justice, c’est le temps de la politique. Cette assertion sortie de la bouche de notre confrère Cheikh Yérim Seck, hier sur le plateau de la tfm n’est pas dénudée de sens. Contextuellement, elle renvoie à un certain nombre d’interrogations mais aussi de questionnements sur les dossiers judiciaires de Karim Wade et Khalifa Sall. Dossiers, qui ont presque tenu en haleine tout le peuple Sénégalais. Et ce, jusqu’à ce jour. A l’évidence, quand le Chef de l’Etat appelle  tous les Sénégalais à un dialogue  national, en y associant les présidents Wade et Diouf, cela signifie nettement qu’il souhaiterait apaiser le climat politique national. Mais comment ? C’est là, tout le sens de notre réflexion car, combien de fois, a-t-on qualifié les dossiers de Karim et Khalifa de dossiers politiques. Faisant allusion à  une certaine mainmise de l’exécutif sur la Justice. S’il est vrai que le temps de la Justice procède d’un temps  géré par les acteurs du temple de Thémis, il n’en demeure pas moins vrai que la politique selon un penseur, serait l’art de la technique qui fait travailler toutes les autres sciences. Du coup, même si c’est la Justice qui a eu à épingler Karim Wade et Khalifa Sall suivant son orthodoxie, il reste certain que la politique se serait mêlée à ces  dits feuilletons. La preuve  se justifie par le fait que le Chef de l’Etat Macky Sall ait daigné apaiser le climat politique national, en appelant au dialogue toutes les franges de la vie politique nationale, après  que le Conseil constitutionnel a fini  de proclamer  officiellement sa victoire tributaire du scrutin présidentiel. Le Chef de l’Etat voudrait bien décanter le climat politique national mais de manière à ce qu’une brèche ne soit pas ouverte tendant à  ranimer  la perception sur la politisation des dossiers Karim et Khalifa Sall. Ce hiatus entre l’exécutif et le temple de Thémis demeure difficile à démêler mais pas impossible à scinder. Le temps de la Justice est un temps à la limite incluse au temps de la politique. Tout ce qui est à hauteur d’homme cependant est maniable à souhait. Après le temps de la Justice, c’est bien le temps de la politique.

Assane SEYE-Senegal7