Accueil Actualités Focus-Depuis sa cellule de Rebeuss : Khalifa Sall libère sa candidature

Focus-Depuis sa cellule de Rebeuss : Khalifa Sall libère sa candidature

Alors que le procès en appel du maire de Dakar Khalifa Sall n’a pas encore connu son épilogue, ses conseils  ont doctement  choisi de boycotter le prétoire  pour cause d’irrégularités avérées. S’ensuit la déclaration de candidature de leur client qui ne doute pas un seul instant de la volonté manifeste  du régime de l’écarter de la course  pour la prochaine présidentielle. De facto, Khalifa sort le grand jeu  depuis sa cellule de Rebeuss car sa déclaration  de candidature procède d’une communication politique qui pourrait ne pas tomber dans l’oreille d’un sourd.

Alors que Dame Justice s’attèle toujours à dérouler son rouleau compresseur  sur l’affaire consécutive à la « caisse d’avance » de la municipalité de Dakar, Khalifa Sall déclare sa candidature depuis sa cellule de Rebeuss. En effet, ses conseils ont décidé da jeter le pavé dans la marre d’un procès qu’ils jugent irrégulier et prompt à « amuser la galerie ». Une forme de boycott qui n’est des moindres et qui revêt une importance particulière en ce sens qu’elle permet pour la première fois au cours de ce feuilleton politico-judiciaire d’opérer une rupture et d’attirer l’attention de l’opinion sur la volonté manifeste du régime en place de liquider systématiquement l’édile de la capitale Sénégalaise. Ce volte-face de la défense   se donne en effet comme objectif principal  de dérouler une communication politique à même d’inviter les Sénégalais à se préparer à agir dans un sens ou dans un autre. S’y ajoute le repositionnement politique de « And Taxawu Khalifa Sall » aussi bien au sein du Front de national de résistance qu’au sein de l’opinion publique Sénégalaise. Ce qui, en l’espèce, démontre que le principal prévenu de la « caisse d’avance » prend de l’avance sur le juge Demba  Kandji en se mettant d’emblée dans la posture d’un perdant qui agit hors des sentiers battus. Et le journaliste Cheikh Yérim Seck a été pertinent quand il affirme sans porter de gants que la politisation du dossier Khalifa Sall a conduit à sa spoliation. Ce serait donc pour une bonne raison pour ce dernier de changer de fusil d’épaule en libérant sa candidature tout en étant en prison. Le jeu en vaut la chandelle.

Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici