Ageroute

Focus : Faut-il sauver le Sénégal de l’impunité !

Le Temple de Thémis cristallise de plus en plus l’attention des Sénégalais et même du monde, ces derniers temps. On a beau épiloguer sur une  justice  qualifiée  de partisane  mais on oppose toujours aux sénégalais le temps de la justice. Une couleuvre que nos compatriotes continuent d’avaler  nourrissant  ainsi des lendemains  meilleurs, auréolés d’une justice sociale pondérée. Mais après plusieurs  feuilletons judiciaires aussi controversés que variés sous le règne de Macky, le temps est venu pour les sénégalais  d’y voir clair dans ce temple de Thémis phagocyté par un exécutif éperdu.

Kilifeu et Simon sont en prison et Bougazhelli  libre comme le vent ambitionne même de diriger la mairie de Guédiawaye.  Les  députés  cités dans l’affaire des passeports diplomatiques  s’estiment protégés .Il faut sauver le Sénégal avant qu’il ne soit trop tard. Car, les voix discordantes de nos compatriotes, le piétinement des droits du citoyen, le manœuvrage régalien de Dame justice, la répartition disproportionnée des richesses du pays, les dilatoires  et les faux-semblants, l’inégalité de tous ordres exercés sur nos concitoyens, sont autant de signes  et signaux qui risquent de faucher le Sénégal.

Vivre dans une société où les plus forts n’hésitent  jamais à dévorer les plus faibles ne peut prospérer. Et la maturité démocratique et son élégance ,c’est de faire en sorte que tous les sénégalais aient confiance à leurs décideurs et au Temple de Thémis. Loin de vouloir jeter l’opprobre sur les acteurs de la justice  constitués de magistrats intègres et très compétents, le problème  du temple de Thémis est plutôt systémique.

L’exécutif s’arroge naturellement l’épée au nom de sa toute puissance sans tenir compte des droits fondamentaux des citoyens. Mais le mal il faudra aussi le remonter à la racine car l’Institution Première  devra inéluctablement se défaire de sa posture partisane. Le Chef de l’Etat ne doit plus être chef de parti. Avec le pouvoir de Macky, c’est bien le parti avant la patrie et c’est vraisemblablement ce qui explique les dérives  notés sur d’honnêtes citoyens dont le seul tort est de ne pas être du même bord que le pouvoir. Un pouvoir qui se gargarise de sa majorité mécanique.

Une majorité, elle  s’humanisée  mais s’elle reste mécanique elle devient de la statistique. Il faut qu’on respecte les Sénégalais. Si le temps de la justice n’est défavorable qu’aux contempteurs du pouvoir de Macky, la perception régressive que nos compatriotes en ont aujourd’hui est bien fondée. Les affaires Karim Wade, Khalifa Sall, Ousmane Sonko et aujourd’hui Kilifeu et Simon en sont la parfaite illustration. Si les proches de Macky vont jusqu’à croire qu’il leur est permis de faire ce que bon leur semble, cela s’appelle l’anarchie entretenue par des autorités compétentes.

Wade était  tellement fort que ses partisans déclamaient souvent sur son passage  (Gorgui ya bari doolé ».Mais  après la chute de son régime, Wade est devenu un SDF dans son propre pays. Macky et ses partisans sont actuellement très forts mais demain, ils sauront qu’ils n’ont jamais été forts. Sauver le Sénégal de l’impunité, c’est livrer ses hordes entachées  et cesser de traquer les opposants.  La moindre injustice, où qu’elle soit commise, menace l’édifice tout entier. Marthin Luter King aura eu raison de notre cher pays.Si on ne sauve  pas notre pays de l’impunité érigée en règle, nous finirons tous dans le chaos et à commencer par ceux qui l’ont entretenu. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7