Focus : La grâce de Khalifa Sall est-elle suspendue aux humeurs du Chef de l’Etat ?

0

Depuis le sommet de Biarritz où il a été invité à y participer par son homologue français, le Chef de l’Etat Sénégalais s’est prononcé sur l’affaire Khalifa Sall en marge de cette rencontre solennelle. Selon lui, la grâce de Khalifa Sall est assujettie à son bon vouloir et non aux équilibrations de la presse et des souteneurs de l’ancien maire de Dakar. La question aujourd’hui est de se demander si cette grâce est tributaire d’un agenda politique ?

Il aura fallu que le Président de la République attende le sommet du G7 à Biarritz pour se fendre d’une sortie sur la grâce avortée de Khalifa Sall que bon nombre de Sénégalais attendaient à la veille de la fête de la Tabaski. En effet, interviewé par RFI en marge du sommet du G7 à Biaritz, en France, Macky Sall a remis les pendules à l’heure.  » D’abord, la décrispation ne saurait être réduite à une dimension de grâce. La grâce est un pouvoir constitutionnel du président de la République. Ça ne dépend que de lui, et de lui tout seul, et de son appréciation. Donc je ne peux pas discuter de ce que dit la presse par rapport à la grâce. Le jour où j’en aurai la volonté ou le désir, je le ferai comme j’ai eu à le faire. Annuellement, plus de cent personnes, voire un millier de personnes par an en moyenne bénéficient de la grâce. Justement, nous voulons revoir notre système pénal pour réduire le nombre de personnes en prison dans ce cadre-là », a répondu Macky Sall. La question aujourd’hui est de se demander si la grâce de l’ancien maire de Dakar n’obéit pas à un agenda politique dans la mesure où il se susurre de plus en plus que les dispositions actuelles du mandat présidentiel offrent au président de la République la possibilité de briguer légalement un second mandat si le mandat de cinq ans n’est renouvelable qu’une fois. Ce qui exclut de facto les sept ans déjà consommé de l’armature institutionnelle. Du coup, le séjour de Khalifa Sall en prison risque de se prolonger si tenté est qu’une telle hypothèse se matérialise dans le cadre de l’agenda politique du Premier sénégalais. De toute évidence, si l’étau de l’emprisonnement de l’ancien maire de Dakar peine à se desserrer, nonobstant toutes les interventions et pressions qui ont jalonné ce feuilleton, un second mandat de cinq ans risque d’être calé suivant les dispositions légales de la loi. Ce qui est discutable sur le plan de la légitimité. Pour l’heure, cette grâce devenue une boîte à pandore reste suspendue au bon vouloir du Chef de l’Etat.
Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment