L'Actualité en Temps Réel

Focus-Pouvoir comme opposition : Tous marchent sur « mars » !

0

Tous marchent sur « mars », pouvoir comme opposition. Le pays de la teranga est à la dérive. Sous l’impulsion d’un bras de fer éthéré, des gladiateurs aveuglés par la chose politique, se livrent un combat sans merci. Violences d’Etat et violences politiques rivalisent d’ardeur, depuis le fameux feuilleton  de Sweet beauté. Ce fait divers devenu une affaite d’Etat en est arrivé à couper le souffle à tous les sénégalais. La suite a été meurtrière, regrettable et à la limite inqualifiable. Comme si cela ne suffisait pas, l’affaire  Barth est venue jeter de l’huile sur le feu d’un landerneau politique détraqué. Tous marchent sur « mars ».La nouvelle trouvaille des gladiateurs  au pays de la teranga.

Qui disait que la démocratie est le pire des systèmes  à l’exception de ceux que nous avions déjà vécus ! Wilson Churchill ne savait pas si bien dire  en démontrant  avec justesse que la démocratie procède d’une illusion. Dès lors qu’il y a une césure  entre le gouvernement et le peuple. Ou entre des acteurs politiques et les gouvernés. Quasiment, le Sénégal se retrouve dans ce décor similaire où pouvoir et opposition rivalisent de violences au nom de la démocratie.

Nous ne « marchons » pas sur la planète mars mais bien sur les émeutes de mars dernier. Nous jouons à rééditer ce  moment fatidique où le pays de la teranga a été la risée de ses voisins et du monde. Un pays marqué par un minuscule point  sur le globe terrestre où, dit-on, la teranga est érigée en système.

Mais une teranga dépourvue de démocratie au sens diachronique du terme. En vérité et au stade où nous sommes, tous marchent sur « mars » à partir d’un fait divers  transformé en une affaire d’Etat. Grenades lacrymogènes  contre cocktail Molotov. Les noms de Sonko et Adji Sarr faisaient l’écho des médias survoltés, jadis. Le peuple divisé et les politiciens à leurs marques.

C’est un fait divers, non, rétorquent les autres, c’est une cabale politique. Chacun y allait de sa schématisation. Chaque camp essayait  d’imaginer l’inimaginable pour convaincre  l’opinion. A la limite, on n’y comprenait plus rien. C’était un capharnaüm !

Une querelle de clochers mettait ainsi le pays dans une atmosphère chaotique. Mais à l’arrivée,le bilan était macabre et insoutenable. Il y a eu plus de 12 morts  et des dégâts matériels inestimables à Dakar et dans les régions.

Des citoyens  présumés tombés sous les balles des forces de l’ordre, des commerces et magasins pillés, des vies brisées, des édifices publiques détruites, des véhicules calcinés, des enfants perdus, des émeutes de la faim perceptibles, des bandits jubilant. La voix du patriarche de Touba aura eu à résonner et les esprits se sont tus.

Bref, il s’en  est fallu peu pour que le pouvoir de Macky soit entièrement dans la rue. Tous marchent sur « mars » aujourd’hui. L’opposition tout comme le pouvoir. Ils en oublient même le peuple raviné par la pauvreté et l’incurie des politiciens. Tous marchent sur « mars » aujourd’hui, endurcis qu’ils sont par les émeutes de mars dernier.

On avait juré plus jamais ça mais rien n’y fit. Chassez la violence, elle revient au galop au sein du landerneau politique national. Barthélémy le maire de Sacré cœur Mermoz reste suspendu à un procès arrimé  à sa trajectoire d’homme politique. Sa candidature  pour la mairie de Dakar déposée, la justice  l’attrait  aux fins de sévir.

Tous marchent sur « mars » , bombant le torse et se délectant de la violence d’Etat face à la violence politique. Le passé effacé, le présent chauffé et le landerneau politique réfractaire à la culture démocratique. Le chaos organisé s’installe. Chaque camp se gargarise d’avoir le toupet de marcher sur « mars ».Mais au-delà de cette apologie de la violence sans fin, où est-ce que ça cloche vraiment pour le Sénégal ?

De toute évidence, une démocratie sans culture démocratique mène au chaos. Et aujourd’hui, les sénégalais confondus se plaisent à marcher sur « mars », c’est-à-dire jouer à se faire peur et à  menacer de rééditer les émeutes de « mars dernier » sans à priori  et avec froideur.

A la face d’un monde qui nous chicane et qui réfléchit à voler à notre secours sous réserve de notre pétrole. Tous marchent sur « mars » et le Sénégal  se fait hara kiri à l’insu de nos chefs religieux. A quand la démocratie au pays de la teranga. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7

laissez un commentaire