Accueil Actualités Focus : Quand les politiques se jouent du mot terrorisme, sous...

Focus : Quand les politiques se jouent du mot terrorisme, sous nos cieux !

Sous un ciel sénégalais encore assombri par les journées émeutières toujours vivaces dans nos esprits, la bataille communicationnelle des politiciens s’articule autour du terme terrorisme. L’on se terrorise à parler de terrorisme et chaque camp l’utilise à sa guise pour faire porter le chapeau à l’autre ou alors tenter de faire tomber des activistes haut perchés qui dérangent via les réseaux sociaux. Pourtant, ces derniers savent que l’hexagone se bouche les oreilles dès qu’on lui parle de terrorisme. Pousser l’extrême jusqu’à user à parler de terrorisme comme d’une arme en bandoulière dénote d’une situation inquiétante chez nous autres sénégalais !

Le terrorisme est défini comme étant l’emploi de la terreur à des fins idéologiques, politiques ou religieuses. Le terrorisme procède d’actes violents et illégaux commis avec l’objectif de provoquer un climat de terreur au sein de l’opinion publique ou d’ébranler la force d’un gouvernement ou d’un groupe.

La cible peut être nationale ou internationale. Les terroristes utilisent les moyens suivants: assassinats, attentats, prises d’otage, etc. Dans bien des cas, le terrorisme se développe dans un contexte particulier, c’est-à-dire lorsque les canaux légaux sont bloqués ou limités, du moins aux yeux des membres de l’organisation terroriste.

Au Sénégal présentement, les politiciens jouent à se faire peur en brandissant le mot terrorisme pour terroriser l’autre ou alors lui en faire porter le chapeau. L’on se rappelle que l’Etat du Sénégal a dû user de ce vocable pour  avoir la peau de l’insulteur public n°1 Assane Diouf qui était terré aux Etats-Unis.

Il a été cueilli par le FBI avant d’être livré à la police des migrations. L’activiste Ousmane Tounkara serait  aussi victime de ce terme qu’on lui colle et qui a fait plus de 3000 morts au World Center. Il serait dans les liens de la prévention et son cas a atterri au service de l’émigration Américaine.

Au lendemain des journées émeutières, le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique Felix Antoine Diome a usé d’un langage musclé en parlant d’acte de terrorisme et d’insurrection et de forces occultes qui seraient derrière ces troubles.

Ousmane Sonko le leader de pastef n’a pas non plus échappé à la règle. En visite hier au domicile du leader de la Coalition du peuple  Dame Mbodj a affirmé sans ciller que « le prochain complot de l’Etat, c’est fomenter un acte terroriste et le faire porter par un bouc émissaire. »

Du coup, l’on se rend compte que les sénégalais et particulièrement les politiciens se jouent à se terroriser par l’utilisation sans commune mesure du terme terroriste. Chaque camp l’aiguise pour le lancer à l’autre pour  le décrédibiliser.

A la limite, le pays de la teranga se transforme en pays de la terreur où on joue avec le feu. Si l’on savait ce que veut dire le mot terrorisme, on n’allait jamais se jouer avec. Non seulement l’image de notre Sénégal s’en retrouve écorchée mais aussi, le cas du Mali est un exemple patent. Diantre !

Assane SEYE-Senegal7