Accueil Actualités Focus-Servir son pays : Est-ce se compromettre !

Focus-Servir son pays : Est-ce se compromettre !

De plus en plus, l’on se rend compte que servir son pays en étant nommé à un poste de responsabilité étatique devient problématique sous nos cieux. Il suffit d’hériter d’un poste  pour être dans le coup. Car, à tout moment, l’on peut  déceler des zones d’ombres. Or, servir son pays est un sacerdoce mais quand des règlements de compte politique s’en mêlent, ça devient une véritable compromission.

« Gestion sobre et vertueuse, la patrie avant le parti, émergence, etc ».Voici autant de qualificatifs qui témoignent de la volonté inébranlable des tenants du pouvoir en général et du Chef de l’Etat Macky Sall en particulier, de gérer avec efficience la chose publique.

Mais le constat est amer. Quant on hérite d’un poste de responsabilité ne serait-ce que pour quelque temps, on est dans le coup. Car, pour une raison ou une autre, on peut à tout moment vous réclamer des comptes ou déceler une mauvaise gestion.

Ceci est d’autant plus vrai qu’à chaque fois qu’on n’est plus en odeur de sainteté avec le Chef qui vous a nommé, bonjour les dégâts. Il semblerait à ce niveau que c’est souvent la politique qui vient s’immiscer dans les affaires publiques. Idrissa Seck alors PM a fait les frais de cette compromission dont on parle. On l’avait accusé de surfacturation dans les chantiers de Thiès avant de le blanchir à la face du monde.

L’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall a lui aussi été victime de cette pratique peu orthodoxe. Karim Wade n’aurait pas échappé à ce passage obligé après les affaires. Aujourd’hui, c’est au tour de Mimi Touré d’essuyer cette supposée compromission ou comme telle.

A la limite, servir son pays devient trop risqué puisqu’un jour viendra où en brandissant la reddition des comptes, on peut fouiller et trouver ce qui va vous mener en prison, ou en tout cas vous empêcher de s’investir en politique.

Alors que dans les normes d’une démocratie majeure, personne ne doit avoir peur de servir son pays. Mais la noblesse de l’acte se heurte souvent aux pratiques politiciennes qui sont toujours susceptibles de le transformer en enfer pour le concerné. Ça, c’est comble sous nos cieux !

Assane SEYE-Senegal7

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici