Accueil Actualités Fonction publique : Les écarts des indemnités entre agents restent têtus

Fonction publique : Les écarts des indemnités entre agents restent têtus

L’indemnité de logement des enseignants qui est passé à 100 000 FCFA coûte à l’Eta annuellement 50 milliards de nos pauvres francs. Mais comparé  aux greffiers et aux secrétaires municipaux qui perçoivent 150 000 FCFA, l’écart se creuse toujours. Ce qui fait que les enseignants sont au bas de l’échelle des agents bien rémunérés en termes d’indemnités.

La grille indemnitaire des agents de la Fonction publique reste toujours  inégalitaire. Les écarts vont d’un million à 100 000 F en passant par 700 000 ,500 000,400 000,200 000,150 000, 1250 000.Ce qui fait que les enseignants sont au bas de l’échelle, selon Mody Niang dans les colonnes de WalfQuotidien. Et d’ajouter que ces enseignants n’accepteront surement pas cette discrimination de façon indéfinie. « Ils reviendront donc probablement à la charge et personne ne pourrait le leur reprocher. Egalement, les médecins et les ingénieurs se feront entendre. La question est de se demander ce que ces « privilégiés ont de plus que les « abandonnés » du système. En vérité, ces indemnités coûteraient 300 milliards au Trésor public, sans compter les salaires. Il serait à la limite, indécent de donner la moitié du budget national  aux seuls fonctionnaires qui font à peine  un pour cent de la population totale. L’autre face cachée de l’octroi effréné d’indemnités, c’est que l’Etat risque de ne recruter que des vacataires, des contractuels et des volontaires. Ce qui ne manquera pas d’avoir un impact négatif sur la qualité de notre administration », précise Mody Niang.

Senegal7.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici