Accueil Actualités Forcing pour un 3e mandat : Ouattara-Condé, qui se ressemble s’assemble

Forcing pour un 3e mandat : Ouattara-Condé, qui se ressemble s’assemble

Le président ivoirien Alassane Ouattara et son homologue Guinéen, Alpha Condé,  ont leurs noms gravés dans les annales de l’histoire politique de l’Afrique de l’Ouest. Ils ont fait un forcing pour briguer un 3e mandat.

Et comme dit l’adage, «qui se ressemble s’assemble». Car, ces deux Présidents ont quelques traits communs dans leur appétit du pouvoir. Ce, par le seul fait qu’ils ont marché sur des cadavres pour arriver à un 3e mandat.

De part et d’autre, c’est-à-dire, en Côte d’Ivoire et en Guinée, Ouattara et Condé ont martyrisé de paisibles citoyens au profit de leurs intérêts. Et à l’arrivée, leurs victoires ont été les plus éclatantes contre la volonté populaire.

«Qui se ressemble s’assemble»

Alassane Ouattara a prêté serment lundi, le lendemain, mardi, Alpha Condé a suivi. Dans leurs discours respectifs, les deux vieux Présidents ont appelé à la réconciliation, après avoir marché sur des cadavres. Une situation déplorable en ce 21e siècle.

C’est au cours d’une cérémonie sobre et brève -moins de deux heures- que le président ivoirien Alassane Ouattara, réélu à un troisième mandat avec 94,27% des voix le 31 octobre dernier, a annoncé la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et appelé à la reprise du dialogue avec l’opposition en vue des élections législatives.

« C’est avec beaucoup d’honneur et de responsabilité que j’ai prêté serment, je mesure l’ampleur de cette charge. Je prends à nouveau l’engagement de l’assumer pleinement au service de mes compatriotes, de tous mes compatriotes. C’est ensemble que nous devons construire un avenir plus radieux pour tous nos concitoyens et pour les générations futures », a déclaré Alassane Ouattara en introduction d’un discours d’une trentaine de minutes, se posant ainsi en rassembleur d’un pays affecté par de vives tensions.

La cérémonie a en effet été organisée au terme d’un processus électoral marqué par le boycott de l’opposition, qui ne reconnaît toujours pas le scrutin, l’arrestation de certains de ses leaders, ainsi que des violences meurtrières, notamment dans le centre du pays.

Condé appelle à oublier le passé

Dans son discours d’investiture, le président Alpha Condé appelle les Guinéens à « oublier le passé »

Le vieux Président âgé de 82 ans a appelé, mardi, les Guinéens à « oublier le passé », dans son discours d’investiture prononcé en présence d’un parterre de chef d’États africains. Plusieurs ONG accusent les forces de sécurité d’être responsables de la mort de dizaines de manifestants.

« La Guinée se fera avec tous les Guinéens ». Le président guinéen Alpha Condé a exhorté, mardi 15 décembre, lors de son discours d’investiture à un troisième mandat controversé, ses concitoyens à « oublier le passé » et à se tourner vers un « avenir d’unité et d’espérance ». « J’exhorte chacun d’entre vous à oublier le passé qui divise, au profit d’un avenir d’unité et d’espérance », a-t-il déclaré, affirmant sa « conviction que la Guinée se fera avec tous les Guinéens », en présence d’un parterre de chefs d’États africains.

« Mais chacun doit respecter la loi et bannir de ses propos et de ses actes la violence, afin que notre pays demeure une société de liberté et de responsabilité », a-t-il averti, dans une allusion aux violences qui ont endeuillé les manifestations organisées depuis plus d’un an par l’opposition contre sa candidature à un troisième mandat.

L’opposition et des ONG comme Human Rights Watch (HRW) et Amnesty International accusent les forces de sécurité d’être responsables de la mort de dizaines de manifestants. Le pouvoir met pour sa part en cause les leaders de l’opposition, dont plusieurs ont été arrêtés depuis le scrutin du 18 octobre.

« Gouverner autrement, c’est servir le peuple »

Le président de 82 ans, avait prêté serment lundi devant la Cour constitutionnelle pour un troisième mandat devant une douzaine de chefs d’États.

La Guinée a « besoin d’un véritable sursaut national afin de consolider notre commun désir de vivre ensemble, fondé sur l’intérêt national et le respect de nos institutions », a affirmé le chef de l’État de 82 ans, ancien opposant historique élu en 2010 puis réélu en 2015, dont l’opposition dénonce les dérives autoritaires.

« Nous aspirons tous à un changement profond et rapide. C’est pourquoi il faut changer les pratiques et les méthodes. Nous nous engageons à lutter avec fermeté contre la corruption, le copinage et le clientélisme », a ajouté Alpha Condé.

« Nous voulons désormais gouverner autrement, cela veut dire travailler pour les couches les plus vulnérables. Gouverner autrement, c’est servir le peuple. Les ministres et hauts fonctionnaires doivent être au service du peuple et non à leur service ou à celui de leur famille », a-t-il assuré.

Pape Alassane Mboup-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici