Accueil Actualités Génocide au Rwanda : Enquête ouverte en France contre un ancien haut...

Génocide au Rwanda : Enquête ouverte en France contre un ancien haut responsable rwandais

Rwanda

En France, le parquet national antiterroriste annonce l’ouverture d’une enquête préliminaire pour crimes contre l’humanité contre un ancien officier rwandais, rapporte RFI.

Une enquête préliminaire a été ouverte, vendredi 24 juillet, pour « crimes contre l’humanité » contre Aloys Ntiwiragabo, responsable du renseignement militaire à l’Etat-major, pendant le génocide de 1994 au Rwanda, a indiqué, ce samedi 25 juillet, le parquet national antiterroriste français. Cette enquête a été ouverte  à la suite d’un article publié le jour même par Médiapart.

Le site d’information affirme avoir retrouvé la trace d’Aloys Ntiwiragabo, 72 ans, près d’Orléans, à une centaine de kilomètres au sud de Paris. Le parquet national antiterroriste indique avoir décidé de s’autosaisir dès la parution de cet article et avoir ouvert une enquête préliminaire avec pour objectif de vérifier les informations de Mediapart. Le parquet précise qu’il n’y a à ce jour aucune plainte ni aucun mandat de recherche contre cet homme, que ce soit en France, au Rwanda ou venant d’Interpol.

Mandats d’arrêt levés

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) avait lancé des mandats d’arrêts à son encontre en 1998 et 2002, ensuite levés il y a plusieurs années. Dans les actes d’accusation du TPIR, Aloys Ntiwiragabo est évoqué comme faisant partie d’un groupe de responsables qui, entre 1990 et 1994 « se sont entendus pour élaborer un plan dans l’intention d’exterminer la population civile tutsie et d’éliminer des membres de l’opposition et se maintenir ainsi au pouvoir ». Il est également décrit comme ayant mis à jour des listes de Tutsis et d’opposants afin de les « exécuter ». Mais les mandats d’arrêt ont été levés, il y a plusieurs années.

En France, selon le parquet, la seule mention de son nom remonte à 2011 quand la justice antiterroriste française avait souhaité l’entendre en tant que témoin dans le cadre d’une procédure visant un de ses subalternes. À l’époque, les autorités rwandaises avaient affirmé qu’Aloys Ntiwiragabo était réfugié dans un pays d’Afrique.

Assane SEYE-Senegal7

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici