L'Actualité en Temps Réel

Ghazouani-Macky : Ces dirigeants africains qui ont osé défier l’Onu

0

Ils ont osé. Là, où les autres présidents africains ne font que murmurer, Macky Sall, le président du Sénégal, et son homologue Mauritanien, ont dit tout haut que l’Onu a failli à sa mission de lutter contre le terrorisme en Afrique, précisément au Sahel. C’était lors du 6e Forum de Dakar sur la paix et la sécurité.

Les compétences de l’Onu mises à nu

Les présidents sénégalais et mauritanien ont ouvert le Forum de Dakar sur la paix et la sécurité, ce lundi, en réclamant d’une même voix un mandat renforcé pour les forces combattantes les jihadistes au Sahel, notamment celle de l’ONU déployée au Mali.
Entre les forces maliennes et étrangères, il y a aujourd’hui « pas moins de 30 000 hommes sur un terrain qui est pris en otage par une bande d’individus », a constaté Macky Sall. « Pourquoi nous ne sommes pas capables de régler ce problème ? » s’est-il interrogé, lors d’une intervention en ouverture du 6e Forum international pour la Paix et la sécurité à Diamniadio, près de Dakar.
Appel à Moscou et Pékin
Pour Macky Sall, l’une des réponses est que l’ONU « accepte de se réformer et de réformer ses procédures ». En particulier, « il faut un mandat robuste au Mali », a-t-il insisté devant le parterre de responsables étrangers et d’experts de la sécurité réunis pour l’occasion.
Le président sénégalais a par ailleurs appelé directement la Chine et la Russie, qui siègent au Conseil de sécurité de l’ONU, à permettre que soit décerné un mandat plus fort à la Minusma, au sein de laquelle sont notamment déployées des troupes sénégalaises.
Le Président Macky Sall, qui confirme l’ampleur du mal sécuritaire, demande au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (Onu) de s’accorder sur un mandat robuste pour freiner la gangrène.
Macky Sall et Ould Ghazouani, même combat
Le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani, qui a ouvert l’évènement aux côté de son homologue sénégalais, a tenu un discours identique. « L’ONU doit se réformer », a-t-il plaidé, estimant que la politique de maintien de la paix onusienne « n’est pas en adéquation avec les enjeux » sécuritaires au Sahel.
Plaidoyer pour la force conjointe…
«Des forces régionales mobiles, plus légères, et connaissant mieux le terrain doivent être davantage privilégiées, plutôt qu’une force lourde et statique », a martelé le président de la Mauritanie, évoquant la force conjointe du G5 Sahel à laquelle participe son pays aux côté du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Tchad.
senegal7

laissez un commentaire