Accueil Actualités Gouvernement d’Union Nationale-GUN : Faut-il tirer ?

Gouvernement d’Union Nationale-GUN : Faut-il tirer ?

gouvernement

La classe politique et l’opinion sénégalaise sont divisées sur l’idée d’un gouvernement d’union nationale, depuis qu’elle est agitée. Certains pensaient même qu’on n’allait pas sortir de la fête de la Tabaski sans la formation d’un nouveau gouvernement, en guise « d’etrennes » à l’opposition et à la société civile.
Mais c’est sans compter avec le silence de marbre du « maître du jeu » le président Macky Sall.

1991 est un tournant décisif dans l’histoire politique du Sénégal. Il marque en effet ce qu’il est convenu d’appeler la formation d’un « gouvernement de majorité présidentielle élargie » qualifiée par certains analystes « d’entrisme ».

Cette initiative, appréciée par certains et critiqué par d’autres, nous la devons à deux grandes figures de notre histoire post-indépendance. Abdoulaye Wade, facétieux et rusé, chef de file de l’opposition et Abdou Diouf, rigoureux et réservé mais assez astucieux.

Pour veiller à la pérennité de cette nouvelle trouvaille politique, sortie du génie sénégalais, il y avait un Code électoral consensuel, fruit d’intenses réflexions menées par des partis politiques autour d’une Commission nationale de réforme dirigée par le magistrat Kéba Mbaye.

Autres innovations: la mise en place d’un Haut conseil de la radiotélévision pour veiller au respect du pluralisme politique avec une presse jouant sa partition, les principes de l’éthique et la déontologie en bandoulière.
Le PDS, la LD/MPT et le PIT ayant intégré le gouvernement, AJ-PADS était resté dans l’opposition avec d’autres partis.

L’histoire est-elle un éternel recommencement ?

L’avenir nous édifiera.
Pour l’heure, on peut constater que l’idée d’un gouvernement d’union nationale est dans l’air du temps.
Que faut-il en entendre par là ?
Ce concept se conçoit en principe, par rapport à un contexte de crise politique, institutionnelle, sociale, économique ou sécuritaire, dont l’ampleur et la complexité requièrent la mise en synergie des ressources et des compétences, pour des missions bien définies et acceptées par toutes les parties prenantes, avec l’adhésion de la majorité des citoyens.

Pour certains, le contexte de pandémie comme celle de la Covid 19, justifierait la mise en place d’un GUN.
Pour d’autres, il faut une sorte de « trêve  » sur fond de « sursaut national » (lois d’habilitation) pour permettre au Chef de l’Etat d’initier, sans entraves, des stratégies et programmes de résilience et de relance, mais il faut que le gouvernement gouverne et que l’opposition continue d’exercer son droit de regard et de critique dans le respect des convenances républicaines.

Toujours est-il qu’un GUN n’a de sens et de pertinence que par rapport à une convergence de visions, une volonté partagée de ses composantes d’assumer et d’assurer leurs responsabilités patriotiques et citoyennes, au service de l’intérêt national.

Encore faut-il que les fondamentaux de la démocratie soient préservés : des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, bénéficiant et exerçant la plénitude de leurs prérogatives, une opposition qui s’oppose de manière républicaine et responsable, une société civile à équidistance des acteurs politiques et qui joue son rôle de veille et d’alerte, une presse plurielle, professionnelle et indépendante. En l’espèce, dans le contexte actuel du Sénégal, il n’y a pas de crise institutionnelle ou politique.

Deux facteurs pourraient cependant cependant être déterminants dans la mise en place d’un GUN : la pandémie de la Covid 19 et la précarité de la stabilité à l’échelle sous-regionale (situation au Mali, en Guinée, en Gambie, en Côte d’ivoire etc.). Une telle initiative relèverait du pouvoir discrétionnaire du chef de l’Etat pour juger de son opportunité, de ses missions et de sa composition.

Aujourd’hui, des rumeurs persistantes annoncent l’entrée du groupe des Oumar Sarr, Me Amadou Sall et Babacar Gaye qui n’excluent pas à priori l’idée de travailler avec le président Macky Sall qui fut leur frère de parti, au PDS, avant le départ de ce dernier de cette formation politique dirigée par Me Abdoulaye Wade, la création de l’APR et son accession au pouvoir, en 2012.

Une éventualité qui semble ressortir des propos de certains ténors de la classe politique comme Doudou Wade, qui face à Pape Ngagne Ndiaye, dans l’émission « Faram Facce », sur la TFM, affirme que ce ne sera pas une surprise si Oumar Sarr entre au gouvernement de Macky.

Quant au PDS, précise t-il, il reste dans l’opposition et travaille à la conquête du pouvoir en…2024.
Des responsables du parti REWMI de Idrissa SECK seraient en train de manœuvrer pour entrer dans un gouvernement d’union nationale, selon le Professeur Yankhoba Seydi, Directeur de l’École de ce parti, qui sur la RFM précise que Rewmi n’est pas intéressé. Un remake de 91 serait-il en gestation? Wait and see!
Babacar Gaye a affirmé qu’il n’a plus de contrainte morale pour travailler avec qui que ce soit.

Assane SEYE-Senegal7

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici