L'Actualité en Temps Réel

Guerre en Ukraine : Kai Havertz raconte le quotidien de Chelsea depuis le début de la crise

L’international allemand s’est exprimé sur la situation délicate vécue à Chelsea en ce moment, en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Justice ou injustice ? Chacun aura son avis, mais force est de constater que depuis le début du conflit et l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Chelsea prend cher. Et ce notamment à cause des sanctions imposées à Roman Abramovich, le propriétaire du club. Le club avait par exemple été interdit de vendre des tickets ou des produits dérivés, alors que Thomas Tuchel avait exprimé son inquiétude en vue du prochain mercato.

Dans un entretien accordé à Bild, Kai Havertz a raconté comment la situation est vécue en interne. « Le plus important, c’est que cette terrible guerre s’arrête enfin. Chelsea FC est synonyme de paix. Cela devrait être clair pour tout le monde. Ce n’est certainement pas une période facile pour le club, son staff et aussi pour nous les joueurs. Mais j’ai le sentiment que cette situation a soudé tout le club. Mais encore une fois, l’important est que cette guerre s’arrête ! Que le peuple ukrainien n’ait plus à craindre pour sa vie », a d’abord lancé l’international allemand.

Thomas Tuchel, un modèle en pleine crise
« La situation est encore confuse et en constante évolution. Et honnêtement, en fin de compte, peu importe si nous devons prendre le bus pendant quatre heures ou simplement voler pendant une heure. Il y a actuellement des choses beaucoup plus importantes à penser que nos frais de voyage. À savoir, comment nous pouvons rétablir la paix en Ukraine et aider les gens sur le terrain. Si nécessaire, comme l’a déjà dit Thomas Tuchel, nous nous déplacerons même en vélo », a expliqué l’attaquant au sujet des sanctions et des conséquences qui s’abattent sur les Blues.

« Tuchel est actuellement encore plus mis au défi qu’il ne l’est déjà. Beaucoup de gens dans notre club et son environnement tirent leur force de ce que dit Thomas Tuchel. Il est remarquable de voir comment lui et tout le personnel font face à la situation actuelle. J’imagine que c’est très difficile, d’autant plus que je l’ai vécu moi-même avant le match de Ligue des Champions contre Lille. Lors de la conférence de presse, sur les dix questions posées, presque toutes tournaient autour de Roman Abramovich et de la guerre. Bien sûr, je peux le comprendre. Mais on s’attend alors à ce que nous, les joueurs, donnions des réponses que personne ne peut donner pour le moment, pas même la politique. C’est pourquoi l’entraîneur a mon plus grand respect pour la façon dont il gère cette responsabilité à la fois en interne et d’un point de vue public. Nous essayons tous de nous concentrer sur les matchs, nous ne pouvons rien influencer d’autre. Pour nous, la première priorité est que la guerre soit arrêtée et qu’il y ait enfin la paix en Ukraine », a conclu Havertz. Un joli inside qui, comme l’indique le joueur, ne doit pas nous faire oublier que dans cette affaire, c’est surtout aux Ukrainiens qu’il faut penser…