Hamidou Anne, analyste politique : « l’affaire Adji Sarr a mis en exergue un naufrage du journalisme et de la société civile »

0

Interrogé sur l’affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko, l’analyste politique , Hamidou Anne affirme que celle-ci a mis en exergue un naufrage du journalisme et de la société civile.

« Cette affaire a mis les projecteurs sur un ensemble de faits sociaux relevant notamment de notre rapport en tant que société à l’égalité, au sexisme, à la justice et surtout à la parole et qui a la légitimité de la prendre dans l’espace public. Je suis convaincu que dans plusieurs décennies, quand des chercheurs, militants ou simples citoyens effectueront un travail sérieux sur tout ce qui a été dit et écrit au sujet de cette jeune femme, ils ne seront pas fiers de leurs devanciers tellement cette affaire a mis en exergue un naufrage du journalisme et de la société civile. Les politiciens eux sont presque dans leur rôle quand ils agissent par manichéisme en choisissant un camp au détriment d’un autre tout en forgeant des arguments, souvent qu’ils savent fallacieux dans le but de manipuler l’opinion. Mais vous avez raison d’évoquer le silence des intellectuels. Il y a une distorsion entre l’espace public souvent arrimé à l’actualité médiatique et le champ de la pensée. Les idées, à l’heure du sensationnalisme et des réseaux sociaux, n’intéressent plus grand monde. Les contrecoups de décennies d’abandon et de désacralisation de l’école républicaine se font ainsi ressentir. La confusion, la manipulation, la vulgarité ont élu domicile dans les médias et par capillarité dans la société. Les intellectuels et les universitaires se retirent souvent, à juste titre, du débat public pour penser, écrire des livres et discourir dans la sérénité des espaces dédiés. Ceci génère certes un entre-soi déplorable pour la démocratie. Mais si la démocratie doit épouser en tout temps la liberté, elle doit fermer la porte au désordre. Beaucoup d’intellectuels m’ont aussi avoué être terrifiés par les campagnes d’insultes et de menaces dont ils sont les victimes à chaque prise de parole qui n’irait pas dans le sens de la minorité bruyante. Or, ce qui caractérise l’intellectuel, c’est son indépendance et sa liberté. Il n’est pas inféodé aux dominants ni soumis aux diktats d’anonymes qui tiennent des propos outranciers sur internet », a expliqué Hamidou Anne.

Diaraf DIOUF Senegal7

Leave a comment