L'Actualité en Temps Réel

Ibrahima Bakhoum : « C’est très compliqué aujourd’hui de rejuger Karim Wade… »

Le journaliste  Ibrahima Bakhoum a donné son point de vue sur l’amnistie de Karim Wade et Khalifa Sall qui cristallise l’attention, ces derniers temps, du landerneau politique national. Selon l’analyste politique, les partisans de fils de Wade avaient proclamé urbi orbi que leur candidat ne veut pas d’une amnistie.

Qu’il fallait réviser son procès. Karim Wade a eu des soutiens sur le plan international et toutes les juridictions saisies ont estimé en substance que son procès n’a pas été équitable. Les Nations Unies, par leurs organes habilités, avaient instruit le Sénégal de rejuger Karim Wade.

Mais selon le journaliste-formateur et spécialiste des questions politiques, on peut dire « je ne veux pas d’amnistie »mais celui qui décide, c’est l’exécutif en passant par le Parlement. « Karim Wade peut penser qu’on veut le mettre en situation de quémandeur d’amnistie. Il peut dire «  je ne veux pas d’amnistie .Je veux être rejugé ».

Mais c’est très compliqué de le rejuger. Aujourd’hui, le président Macky prend une décision en instruisant son Garde des Sceaux, ministre de la Justice de travailler à  ce que ces gens-là  retrouvent leurs droits. Les avocats de Karim Wade disent toujours que leur client a couvert les 5ans qui devraient être s’il y avait perte de droits civiques, politiques.(…).

Eux, ils considèrent que cette loi que le pouvoir s’apprête à  faire voter ne les concerne même pas. Ensuite, faire valoir que la Crei n’avait jamais demandé une perte de ses droits par ailleurs. Mais si c’est le code électoral qui l’a décidé, évidemment, c’est fini pour lui », explique-t-il sur les colonnes du journal le témoin.

Assane SEYE-Senegal7