Accueil Une Idrissa Seck : Le refus d’une candidature de l’Opposition qui s’impose !

Idrissa Seck : Le refus d’une candidature de l’Opposition qui s’impose !

L’opposition dite radicale peine à se trouver un leader charismatique susceptible de lui servir de locomotive  après sa marche peu fournie  de vendredi passé. Idy qui fait figure de « chef de l’opposition »ne semble pas faire l’adhésion au sein de ses pairs du contrepouvoir. Mais  jusqu’à la preuve du contraire, il reste le candidat incontournable de l’opposition.

Après la marche de l’opposition qui n’a pas connu la ruée des grands jours, vendredi passé, une équation à mille inconnus continue de triturer l’arrière-boutique de ses leaders. Les sénégalais n’ont pas à proprement parler répondu de façon massive à leur appel pour décrier les ratés du pouvoir de Macky. D’ailleurs nos soins  de Senegal7 ont eu  vent du message spécial  de certains proches du Président de la République  alors  en visite en Mauritanie l’informant de l’échec  cuisant de la marche de l’opposition. Ce qui a tout de suite dopé le Premier Sénégalais depuis Nouakchott  où il s’est permis de narguer ses adversaires en ces termes : « «Ils s’agitent, mais bientôt ma « doug si guew bii »  et ce sera encore la panique», a-t-il déclaré. Et d’ajouter  « l’opposition a le monopole du bavardage et du bruit» et moi je m’inscris «dans le temps de l’action».Ainsi dans l’espoir de réussir une troisième alternance démocratique, l’opposition n’est pas encore à mesure de rallier les sénégalais à leur cause même si par ailleurs, les réalisations du pouvoir ne font pas l’unanimité. Les médias jouent tant bien que mal leur rôle de relais de l’information et une « opposition médiatique » risque à bien des égards de tomber dans les travers d’une carence en termes de base politique nationale. Idy apparait aujourd’hui comme la seule alternative susceptible de servir de rempart  au contrepouvoir. Si tenté est qu’on le lui concède, Macky aura  à faire face à un véritable  challenger. Mais à contrario, le président de Rewmi risque de s’imposer et à la limite de procéder comme Wade en 2000.C’est à dire  imposer en  in extremis aux leaders de l’opposition de suivre son doigt pour sauver la mise. Ce qui semblerait plausible.

Senegal7.com