Accueil Actualités Il y a 23 ans: Jour pour jour, les sénégalais se souviennent...

Il y a 23 ans: Jour pour jour, les sénégalais se souviennent de Mame Dabakh Malick

Abdoul Aziz Sy Dabakh

Fils de El Hadj Malick Sy, ce 3éme khalif des tidjanes est sans doute le plus connu et le plus aimé de sa lignée. Durant toute la période de son khalifa (1957-1997), il a contribué à l’unité entre confréries et au dialogue islamo-chrétien au Sénégal. Senegal7 revisite la trajectoire d’un érudit, arraché à notre affection le 14 septembre 1997.En effet à chaque fois que le Sénégal est secoué, toutes les pensées se tournent autour de son œuvre grandiose que le temps ne peut édulcorer.

«Dabakh» possédait aussi plusieurs concessions agricoles, en particulier dans la région de Saint-Louis, dont l’exploitation était assurée par ses talibés. Il s’illustra non seulement par son érudition mais aussi par ses prêches, son engagement pour la cause islamique, ses nombreux écrits en arabe et une importante biographie de son père, El Hadj Malick Sy.

En dirigeant les Chœurs des talibés de son père, il se fait une popularité sans faille. Ainsi «Moulaye Dabakh» comme l’appelaient affectueusement les disciples, faisait autorité de par sa sagesse et sa culture. Il était aussi un républicain, un homme qui ne se taisait quand sa société était en danger. Il a toujours demandé aux chefs religieux de tenir un langage de vérité à leurs disciples.

Au pouvoir temporel, il a toujours rappelé que rien n’allait plus dans ce pays en raison des hommes faux, corrompus et malhonnêtes exploitant honteusement les populations.Fils de El Hadj Malick Sy et de Sokhna Safiétou Niang, Serigne Abdou Aziz Sy est né en 1904 et fut le troisième khalife général des tidjanes. Sa particularité, c’est qu’il eut la chance d’être éduqué par son père, ses grands frères et les Moukhadams de son père. Pour parfaire son savoir, il se rend chez Serigne Hady Touré, un des compagnons de son père, El Hadj Malick Sy.

Il fréquenta également plusieurs centres d’excellence, notamment l’université de Tivaoune, celui de Mbacoumé, dans le Cayor avant de partir à Saint-Louis alors qu’il avait 26 ans. Il y resta jusqu’en 1937 chez Serigne Birahim Diop. A l’image de son père, Serigne Abdou Aziz Sy a été à la Mecque avec son ami Lamine Gueye en 1947. Sa réputation, il la tient de sa générosité et sa mission de contribuer à l’unité entre confréries et au dialogue islamo-chrétien. Dabakh n’est pas mort car il est parmi nous.

Le Sénégal traverse présentement des polémiques religieuses qui sont loin d’être en adéquation avec sa vision prééminente d’un pays uni.Mais il suffit que les télévisions rafraichissent la mémoire de nos compatriotes en montrant ses conférences religieuses pour assagir tout le monde.Mame Dabakh n’est pas mort car il continue de veiller sur nous autres sénégalais.

Assane Seye – Senegal7 

7 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici