Accueil Politique Il y a deux ans Khalifa Sall perdait son poste de maire...

Il y a deux ans Khalifa Sall perdait son poste de maire de Dakar

Décès De Tanor Dieng Khalifa Sall

Le 31 août 2018, Khalifa Babacar Sall était révoqué de son poste de maire de la ville de Dakar par décret présidentiel. Une décision que le président de la République avait motivé une disposition du code général des collectivités territoriales qui prévoit une telle mesure, notamment, en cas de condamnation pour « faux en écritures publiques » et « utilisation des deniers publics de la commune à des fins personnelles ou privées ».

Le 30 mars 2018, le juge Malick Lamotte a lu la sentence condamnant Khalifa Ababacar Sall à 5 ans de prison ferme, assortie d’une amende pénale de 5 millions francs CFA, sans dommages et intérêts.

Un verdict qui vient bouclé un long imbroglio politico-médiatique au centre duquel était placé le maire de la ville de Dakar réélu en 2014. Cette affaire dite de la caisse d’avance avait éclaboussé la gestion du maire socialiste.

Khalifa Sall se lave grande eau et se dit être blanc comme neige. Mais en face les gens du régime en place le traînent dans la boue et sortent des documents qui l’incriminent.

Pendant ce temps ses partisans crient à la machination politique et estiment que le président veut l’empêcher de présenter à la présidentielle 2019. Tous cries n’y feront rien, Khalifa Sall sera condamné à 5 ans de prison ferme pour « faux en écritures publiques » et « utilisation des deniers publics de la commune à des fins personnelles ou privées ».

Quelque mois plus tard, exactement le vendredi 31 août 2018, le président Macky Sall signe le décret de sa radiation en se fondant sur code général des collectivités territoriales. Ses partisans crient à l’acharnement, mais rien la décision sera maintenue.

La disgrâce de khalifa Ababacar Sall ne s’arrête pas sur cet acte pris par le président de la République.Il perd ses droits civiques et sa candidature à la présidentielle de février 2019 sera par la suite rejetée.

Il va bénéficier d’une grâce présidentielle le 29 septembre 2019. Il retrouve sa famille et ses partisans. Khalifa Sall est sorti pour annoncer la reprise ses activités politiques. Cependant du point de vue juridique, son avenir est toujours assombri par cette condamnation.

                                                            Mouhamadou Sissoko-Senegal7

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici