Accueil Actualités Il y’a un temps pour tout.

Il y’a un temps pour tout.

Capture D’écran 2019 05 06 À 13.38.04

Passé l’euphorie de la célébration de finale perdue par les lions du foot à la CAN 2019, nous serons rattrapés par les incontournables.

Notre rapport à la santé, ou plutôt le rapport de nos dirigeants avec nos structures sanitaires du pays de plus en plus délaissées, même pour soigner une grippe . . . à l’étranger.

Mais at least, « Free Guy Marius Sagna » !

Une fois, n’est pas coutume, la chronique très engagée de Abdoulaye Cissé

Je ne le dirais surtout pas comme l’activiste Guy Marius Sagna, ni dans le fond, encore moins dans la forme ou dans le tempo. Car effectivement, il y’a un temps pour tout, même si là on ne sera plus que sur le registre d’un jugement moral contre l’activiste. Ce qui en soit, exclu le délit.

Autre temps, j’aurais aussi crié l’autre couplet que le mouvement France dégage aime à ressasser. Non pas que je déteste la France, NON. Ca se saurait depuis de toutes façons, mais juste parce que j’ai envie d’être solidaire de Guy. Cet homme ne mérite pas de passer une seule seconde de plus en prison.

Pour si peu, franchement !

Prévenir que la France prépare un attentat terroriste sur notre sol est juste, ou tout au plus, une alerte de très mauvais goût.

Voyons, La France elle même ne met pas en prison ceux qu’elle soupçonne d’avoir un penchant « suicidaire  de kamikaze » ou des « velléités terroristes » sur son sol. Non, elle les fait surveiller, c’est tout ; Au pire ils sont juste assigner à résidence. Le mentor des frères kouachi a toujours été libre de ses mouvements, même après le passage à l’acte de ses Moudjahidins tombés à Dammartin en Goêle. C’est aussi ca, le respect des libertés individuelles et un pays de droit.

Sérieux, le mec est mis en prison pour fausse alerte. On l’aurait juste considéré ailleurs comme un simple plaisantin à qui on ferait un rappel à l’ordre. Sans plus et ca ne méritait pas plus. De grâce, le justice ne doit pas être une machine à broyer et à brimer les citoyens dans leurs convictions militantes : On ne doit pas être très nombreux à être en phase avec le discours et les méthodes de l’activiste mais alors, que cents écoles rivalisent et que cents fleurs s’épanouissent.

On peut d’ailleurs moins toléré le propos de très très mauvais goût de l’activiste sur la responsabilité de ceux qui ont dirigé ce pays des années durant sans jamais le doter d’infrastructures sanitaires dignes et qui même pour soigner une grippe s’envole vers Paris ou d’autres destinations pour un tourisme médical. Le timing pendant que le Sénégal veillait la dépouille du président Ousmane Tanor Dieng, décédé à Paris après une évacuation et un suivi médical, ce timing frise la souillure de la mémoire du défunt.

Et pourtant, le fond est pertinent et il faut bien qu’on en parle un jour.

C’est juste que chaque chose en son temps et qu’à chaque jour suffit sa joie, ses peines surtout quand il s’agit de deuil.

Il va bien falloir comprendre un jour que dans les hôpitaux en Europe, on y crève aussi. Va savoir, si le parcours de soin permet de retarder l’échéance. On ne saura jamais.

A bien analyser la frénésie de nos personnalités à aller Europe, même pour un simple check-up, on comprend que c’est surtout pour préserver le secret médical sur leur bulletin de santé.

Mais alors, pourquoi penserait-on que les médecins ici violeraient le secret médical de leur patient et que quand le président lui-même va tousser dans le secret du cabinet médical de son toubib, la rumeur va se répandre sur sa grippe. Et pourtant, ils ont juré par le serment d’Hippocrate.

En moins de 12 mois d’intervalles, on a rendu le plus bel hommage à 2 personnalités qui savaient certainement tout ou beaucoup sur tout et sur tout le monde et qui n’en ont jamais rien divulgué. Respect à Bruno Diatta et Ousmane Tanor Dieng

Les fuites dans les PV d’audition de police, les gorges profondes qui crachent les dossiers d’instructions des juges, et aujourd’hui les rapports officiels des corps de contrôles de l’Etat court-circuités avant même leur destination finale et demain nos bulletins médicaux sur la place publique . . . les déflagrations n’épargneront personnes.

C’est si bien dit en wolof : il faut que notre ventre redevienne le tombeau des secrets.

Chaque chose à son temps finalement : ne boudons pas notre plaisir de fêter notre titre de vice-championne d’Afrique comme si on avait gagné. Le temps viendra de voir pourquoi il nous a encore manqué quelque chose.

Laye Cissé 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici