Raabi  header

Travaux d’extinction du puits de gaz de Ngadiaga: Le feu toujours vif, Petrosen et Fortesa, « optimistes »

0

Le feu reste toujours vif dans le puits de gaz naturel qui a pris feu le 19 décembre 2020 dans le gisement de Ngadiaga exploité par Fortesa et Petrosen. Les deux entreprises se sont prononcées sur l’état des travaux d’extinction du feu suite à des informations divergentes distillées, faisant croire que le puits a été éteint.

Les directeurs généraux de Fortesa et de Petrosen affichent leur « optimisme » alors que cette affaire inquiète de plus en plus.

« Le feu qui s’est déclaré le 19 décembre 2020, sur le puits de SA-2, dans le village de Dieuleuk Peul, a été éteint durant quelques heures ce mardi 26 janvier 2021, conformément à la stratégie qui a été retenue. Sur les trois options retenues de la phase 1, une opération d’extinction et de neutralisation du gaz a été mise en œuvre avec injection de « brine » (un mélange d’eau et de sel) à travers des ouvertures sur le Bop. L’opération a démarré par le refroidissement de la structure suivi de l’extinction de la flamme avec les jets d’eau », renseignent les directeurs généraux de Petrosen et de Fortesa.

Ils poursuivent, dans leur communiqué conjoint, « trois minutes après, la flamme a été maitrisée et éteinte. A la suite, les équipes se sont attaquées à l’arrivée du gaz par injection de « brine ». Pour cette opération, les techniciens avaient besoin en effet d’éteindre la flamme pour permettre aux équipes de mieux travailler et de se rapprocher au plus des installations du puits. L’opération de pompage a pris fin vers 15 h 30 mn car le résultat attendu n’a pu être obtenu ».

Ainsi, « les équipes techniques ont procédé au rallumage de la flamme après avoir retiré les équipements et les engins. Cette opération fera l’objet d’une évaluation technique exhaustive pour préparer les phases suivantes », renseigne le communiqué qui précise que « l’opération pour la maîtrise du puits et l’extinction du feu, complexe et délicate, est menée par une équipe de la société américaine Haliburton appuyée par les techniciens sénégalais et les sapeurs-pompiers ».

La même source de rassurer : « Contrairement aux dires, le gaz naturel du puits qui brûle ne contient aucune composante toxique, notamment l’hydrogène sulfuré, à même d’impacter la santé des populations et des équipes d’intervention ».

A.K.C – Senegal7

Leave a comment