Accueil Actualités Infrastructures de base : Le Pudc dans la dèche

Infrastructures de base : Le Pudc dans la dèche

Macky Sall 1

Le Pudc est initié par le chef de l’Etat Macky Sall, pour réduire les disparités territoriales entre les villes et l’intérieur du pays. Apres certaines réalisations en grande pompe, en termes de forages, d’installations de centrales solaires dans des localités très éloignées du pays,le Pudc est au bord de l’agonie. Il traine une dette d’environ ( 3 ) millions de dollars.
Le programme d’urgence de développement communautaire ne fonctionne plus depuis presque un an. Le journal « la tribune » qui s’est penché sur la question révèle par exemple sur l’installation des centrales solaires au nombre de 102,il n’y a que 51% d’exécution des travaux ,sur le même projet poursuit le journal pas moins de 43 zones n’ont jamais vu un bout du fil depuis décembre dernier.
Un projet de 15,9 millions dollars pour une dette de 3 millions dollars
Ce projet d’installation des centrales solaires dans 102 villages est estimé à 15,9 millions de dollars. Le programme qui est «géré» par le Programme des Nations-unies pour le développement (Pnud) ne pourra reprendre qu’après avoir apuré ce lourd passif. «Sur le montant total, seulement 7,9 millions de dollars ont été payés par le Pnud. Donc, l’on ne peut pas parler de la phase 2 alors que la phase 1 est loin d’être terminée. Au total, le retard des travaux est de deux longues années», argumentent nos interlocuteurs. À rappeler que lesdits travaux concernent encore une fois 102 villages localisés dans les régions de Saint-Louis, Kaffrine, Louga, Tamba, Kédougou et Matam. Ils doivent normalement bénéficier de réseaux à basse tension BT, de l’éclairage public et des raccordements pour les ménages.
La phase 2 du Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) que l’on annonce s’intéresse aux régions Ziguinchor, Kolda et Sédhiou (22 villages) et est financé par la Banque islamique de développement (Bid).
Pour l’heure, les populations concernées ne savent plus où donner de la tête. Totalement désemparées, elles ne souhaitent que la fin des travaux pour pouvoir sentir réellement un bond en avant de leur niveau de vie et d’accès à l’eau à l’électricité et à d’autres infrastructures de base.
Diaraf DIOUF –SENEGAL7