Accueil Actualités Ingérence dans la Présidentielle en Guinée Bissau : Moïse Sarr recadre Sonko

Ingérence dans la Présidentielle en Guinée Bissau : Moïse Sarr recadre Sonko

Dans une tribune diffusée ce mardi et intitulée « Ingérence dans la Présidentielle en Guinée Bissau : Ousmane Sonko a joué et a perdu ! », le jeune secrétaire d’Etat, auprès des Sénégalais de l’Extérieur, Moïse Sarr recadre sèchement Ousmane Sonko.

Pour rappel, ce dernier, qui a encore chargé Macky Sall sur ce dossier samedi passé, avait apporté ouvertement son soutien au candidat du Paigc. « Monsieur Ousmane SONKO, contrairement au Président Macky SALL, avait publiquement opéré une intrusion dans le jeu politique Bissau Guinéen au premier tour de la présidentielle de décembre 2019. Il écrivait le 3 décembre 2019 sur sa page Facebook « J’apporte mon total soutien à mon frère Domingos Simoes PEREIRA, candidat du PAIGC arrivé premier à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle en Guinée Bissau», relève le secrétaire d’Etat ; dénonçant : « Ousmane SONKO qui cherche par tous moyens à se faire un nom, au détriment de la cohésion sociale et des règles de bon voisinage avec les pays limitrophes. Il n’a pas encore compris que la Paix au Sénégal dépend, en partie, de la stabilité de nos voisins les plus immédiats et des efforts longtemps consentis par nos dirigeants pour assurer des relations apaisées de dialogue et de concertation ».

Moïse Sarr semble accuser le leader de Pastef de rouler contre les intérêts du Sénégal. « Quid alors du patriotisme d’un homme, en l’occurrence Monsieur Ousmane Sonko, qui s’est rangé du côté d’un candidat d’un État autre que le sien, qui menace de façon à peine voilée les intérêts de notre pays ? », s’interroge-t-il.

Si l’attitude de Ousmane Sonko menace les intérêts du Sénégal à ce point, pourquoi le ministre des Affaires étrangères, en chair et en os, ne monte-t-il pas au créneau pour répondre à son ex-collègue inspecteur des impôts et domaines. Malgré ses dénégations sur le plateau de Iradio, Amadou Ba a toujours été soupçonné d’entretenir une proximité suspecte avec le leader de Pastef. Cette sortie de Sonko relève de la diplomatie. Or celle-ci est la zone de compétence du ministre des Affaires étrangères et non de Moïse Sarr.

Le responsable de l’Alliance pour la république aux Parcelles Assainies, qui niait toute proximité avec Sonko, n’a-t-il pas là l’occasion de redorer son blason ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici