Inondations à Dakar : « Il fallait s’y attendre… », capitaine Touré

Les fortes pluies qui se sont abattues vendredi sur la capitale sénégalaise, Dakar, ont causé d’énormes dégâts et au moins deux décès. Sur instruction du Chef de l’Etat le ministre de l’intérieur a déclenché le plan de secours dénommé « Plan Orsec » pour évacuer les eaux afin de soulager les populations.

L’ex-capitaine de la gendarmerie, Seydina Oumar Touré a fait un post sur sa page Facebook, pour évoquer le problème des inondations à Dakar.

Voici, in extenso, son texte

Nous présentons nos sincères condoléances aux familles éplorées et compatissons aux douleurs et difficultés auxquelles les populations sont présentement confrontées.

Un phénomène naturel, dit-on, c’est vrai. Mais ce n’est, bien sûr, pas la première inondation sur la capitale sénégalaise.

L’extraordinaire serait simplement la quantité de pluies, il fallait s’y attendre, naturellement.

Le plan décennal de lutte contre les inondations en dit long.

C’est connu du monde entier, gouverner, c’est prévoir, anticiper.
Et ce n’est pas tant les institutions, les lois et règlements, qui font la bonne gouvernance que la nature de la posture des gouvernants eux-mêmes.

Est-il préférable d’avoir les meilleures institutions ou les meilleurs gouvernants ?

Les meilleures institutions ne serviront à rien, du tout, si la gestion, par les hommes, est gauche, maladroite ou partiale.

Bien sûr qu’il y a le problème lié aux transports, dans la capitale, surtout, où les embouteillages font perdre énormément en temps et en énergie.

Mais l’autre véritable problème auquel sont confrontées les grandes villes sénégalaises en général, Dakar en tête, c’est le problème lié à l’assainissement, la canalisation des eaux de pluies.

Un véritable casse-tête pour les populations de ces grandes villes, qui ne finit pas de faire des malheureux.

Enfin, la gouvernance sobre et vertueuse, au-delà des mots, elle a un coût : la vertu, la transparence, l’équité, l’efficacité dans la gestion. »