Accueil Actualités Insuffisants rénaux

Insuffisants rénaux

Le Mouvement des insuffisants rénaux du Sénégal demande une assistance à l’endroit des bonnes volontés et des organisations non gouvernementales œuvrant pour le bien-être des populations. Très peinés par leur défaut d’assistance, ses membres font savoir que 20 000 Sénégalais ayant atteint le stade d’insuffisance aigue et 8 000 d’entre eux en phase terminale sont concentrés à Dakar. Moins de 1 000 Sénégalais sont en hémodialyse sur toute l’étendue du Sénégal.

Le malheur, souligne la missive, est que tous les centres publics du Sénégal sont pleins. Et que les nouveaux malades sont accueillis sur des listes d’attente ou la mort les cueille au bout de 15 jours. Pire encore, le mouvement note que la séance de dialyse, dans les centres privés est à 65 000 F Cfa, soit 780 000 F Cfa par mois, c’est-à-dire 9 360 000 F Cfa par an pour toute une vie. La note indique que ‘’les insuffisants rénaux sont renvoyés de leur emploi et n’ont aucune possibilité de contracter un prêt ou une assurance. Les ordonnances, les bilans médicaux s’accumulent’’.

…Le document indique que les hémodialysés ne bénéficient ni de la solidarité nationale ni des bourses de sécurité familiale. Or, la plupart des malades sont des démunis. Au même moment, se désole le mouvement, ‘’les riches se prennent en charge dans les cliniques privées ou hors du pays’’, alors ‘’qu’un insuffisant rénal chronique hémodialysé qui ne réussit pas à bénéficier de dialyses, est condamné à mourir en très peu de temps’’. Pourtant, notent-ils, il faut environ 360 millions pour construire un centre de dialyse de 25 générateurs.  Faisant un état des lieux de la pathologie, la lettre fait part de 800 000 Sénégalais qui sont concernés par cette maladie sans le savoir, par l’évolution lente de maladies rénales pouvant conduire à la destruction des reins. ‘’Dans 50 % des cas, les maladies rénales chroniques qui conduisent à l’insuffisance rénale tueuse silencieuse sont la conséquence d’un diabète, d’une hypertension artérielle, de kystes rénaux ou de grossesses mal contrôlées’’, met en garde le mouvement.

 

Saliou Ndiaye

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici