Accueil Actualités Intégrer 50 000 étudiants du privé dans le public : Du pilotage...

Intégrer 50 000 étudiants du privé dans le public : Du pilotage à vue érigé en système

COA

La déclaration du ministre de l’enseignement supérieur Cheikh Omar Anne est grave. Celui-ci semble vouloir anéantir les écoles privées de formation professionnelle. L’Etat du Sénégal n’a vraisemblablement pas bien étudié sa décision d’orienter tous les nouveaux bacheliers dans les universités publiques si l’on sait que la plupart des chantiers universitaires ne sont pas achevés.

Une mesure utopique

Et pourtant, malgré ce surpeuplement, le ministre de l’enseignement supérieur a annoncé que tous les nouveaux bacheliers seront accueillis dans les universités publiques. Mais qu’est-ce qui pousse, en réalité Cheikh Omar Anne à vouloir prendre une telle mesure alors qu’on sait pertinemment que les chantiers universitaires sont loin d’être achevés aussi bien à Saint-Louis, à Dakar qu’à Ziguinchor. Dans cette région du sud, le coordonnateur du Saes, Daouda Niang Diatta a confié vendredi, que les chantiers universitaires sont à l’arrêt voire même abandonnés dans un état critique et personne n’a d’informations sur le redémarrage des travaux. En principe, la majorité des chantiers auraient dû être livrés depuis 2016.

A quoi joue l’Etat du Sénégal ?

Cette annonce du ministre de l’enseignement supérieur relève-t-elle de la volonté de faire chanter les instituts de formation qui réclament 18 milliards d’arriérés ? La question reste entière pour l’heure, C’est la raison pour laquelle, ils ont renvoyé les « étudiants de l’Etat ». Cheikh Omar Anne dit sur un ton railleur que par cette mesure, certaines écoles de formation seront fermées. Eh bien, on comprend vite que c’est pour mettre la pression sur ces dernières afin qu’elles acceptent de reprendre les étudiants renvoyés et arrêter de réclamer leur dû (18 milliards que l’Etat du Sénégal leur doit). Un ministre de la république qui se réjouit de la fermeture d’une entreprise, c’est le comble du ridicule.

D’autre part, c’est un aveu de faillite du gouvernement qui semble renoncer à son projet de désengorger les universités publiques déjà surpeuplées. Et, quand un Etat renonce à une action aussi importante et capitale, il y a de quoi avoir pitié de ces jeunes nouveaux bacheliers qui risquent de ne pas avoir l’opportunité d’épouser les filières professionnelles qui, pendant longtemps ont figuré parmi les modules enseignés dans les universités publiques où le système d’enseignement et son contenu ne répondent pas souvent aux exigences du marché du travail.

Alors il est temps que les autorités abandonnent leur démarche vindicative de traiter ainsi les dignes citoyens qui s’investissent pour contribuer au développement économique du pays et à la formation des jeunes.
Le rôle d’un Etat qui se respecte doit être de soutenir le secteur privé et de créer les conditions pour son développement car étant le plus grand pourvoyeur d’emplois.

Abdoul K. Coulibaly – Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici