Accueil Actualités Interdiction de collecte de fonds de Pastef : La Loi comporte...

Interdiction de collecte de fonds de Pastef : La Loi comporte des vices de forme

La Loi,elle doit toujours rester impersonnelle mais la Loi numéro 89-36 du 12 Octobre 1989 modifiant la loi numéro 81-17 du 06 mai 1981 relative aux partis politiques comporte des vices de forme qu’il urge de souligner. Car c’est cette même Loi qui régit l’accès des partis politiques aux médias de services publics pour ne pas dire médias d’Etat.

Le Ministre de l’intérieur et de la Sécurité publique Antoine Felix Diom a interdit la campagne de collecte de fonds au parti Pastef en citant la Loi numéro 89-36 du 12 Octobre 1989 modifiant la loi numéro 81-17 du 06 mai 1981 relative aux partis politiques.

Mais nos sources nous informent que cette même loi en son article 5 évoque « l’accès des partis politiques aux médias  » d’Etat. Alors, des efforts doivent être faits pour le respect strict de cet article 5. Car les opposants dénoncent tous les jours, l’ostracisme dont ils sont victimes au niveau des médias d’Etat.

Nos sources nous indiquent par ailleurs que la démarche suspecte de Pastef a été relevée depuis décembre 2019. Le leader de ce parti avait organisé une opération de collecte de fonds avec un objectif de 2 milliards de fcfa. 12 mois après, en Décembre 2020, Sonko/ PASTEF répète la même opération sans fixer de plafond cette fois ci.

Nos sources de poser un certain nombre de questions.

1- Combien Ousmane Sonko avait il collecte l’année dernière en Décembre  2019 ?

2-Avait il obtenu les 2 milliards de fcfa ?

3-Avait t il déposé son rapport financier annuel au ministère de l’intérieur ? ( presque aucun parti ne dépose son bilan)

4- Est il prêt à rendre public la liste de ses donateurs dans la collecte des 2 milliards en Décembre 2019 ?

5- Pourquoi cette opération est réalisée à chaque fois au mois de Décembre ?

6- Le responsable des finances de PASTEF était il impliqué dans la collecte des 2 milliards de fcfa en Décembre 2019?

Nb: La question sur le bilan financier annuel est adressée à tous les chefs de parti.

Ceux qui sont prompts à crier au complot hier avec  Macky comme aujourd’hui avec Sonko, doivent savoir raison gardée. Ce n’est pas parce que l’opposant Macky Sall le faisait qu’on va accepter qu’un autre opposant le fasse. Que cela soit compris par tous. La loi doit être appliquée dans toute sa rigueur sans complaisance.

En plus, c’est une Lapalissade de  dire que les opérations de collecte de fonds peuvent être des prétextes de blanchiment de capitaux. Car plusieurs fois, des PPE (Personnalités Politiquement Exposées) sont prises en flagrant délit dans des opérations de blanchiment d’argent à travers leurs activités politiques, dans l’immobilier, dans la restauration, dans l’Import-Export et même des ONG.

Ces opérations de collecte peuvent être des couvertures pour laver de l’argent sale. A travers les partis politiques et d’autres types d’associations, on peut introduire des capitaux illicites dans le système financier national. Il faut alors de la r…

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici