Raabi  header

International : Wagner, l’autre face de Poutine interdite par le code pénal russe !

0

Le Président Russe Vladimir Poutine continue de dérouter les occidentaux, les Américains et enfin les africains. Alors que le groupe Wagner est interdit par le code pénal russe en tant que société paramilitaire, pourtant sa présence en Centrafrique  et éventuellement au Mali fait craindre le pire pour l’hexagone.

« Ces sociétés ne représentent pas les intérêts de l’État russe », disait Vladimir Poutine en octobre dernier. Jamais un mot à Moscou sur cette présence géographique qui coïncide avec les intérêts stratégiques et économiques de la Russie. Mais enfin à quoi joue Vladimir Poutine ?

C’est en 2014 qu’il a annexé la Crimée  qui une péninsule de 2 millions d’habitants d’une superficie de 27 000 km².C’est une  une région qui, au vu de son histoire, a toujours eu ses propres spécificités nationales et culturelles, ses habitants étant toujours porteurs de différentes identités ethniques et religieuses.

Dans le contexte actuel de guerre dans l’Est de l’Ukraine, la question de la Crimée est, sans doute, devenue secondaire, mais rappelons que, dans l’Europe d’après-guerre, la péninsule représentait  un cas unique où, en temps de paix, un Etat a occupé et annexé une partie du territoire d’un autre Etat, brisant ainsi tous les accords internationaux et intergouvernementaux existants.

Aujourd’hui, Poutine a massé une armada militaire à la frontière, c’est à dire la région des séparatistes russes en Ukraine. Contre la volonté des occidentaux et des Américains, Poutine semble jouer le jeu de dame en avançant ses pions sans parler.

Aujourd’hui encore en Afrique, Poutine appuie la société paramilitaire russe Wagner tout en avouant que c’est une société non reconnue par le code pénal russe. Pourtant, selon les informations de Sénégal7,Wagner serait placé sous la tutelle du ministère des forces armées russes.

Ce qui démontre à suffisance que le Président russe veut étendre son influence  au sein du continent noir  en se cachant derrière cette société paramilitaire pour éviter des représailles ou des sanctions de la part de la communauté internationale.

C’est à dire, il avance ces pions mais si on l’accule, il donne le prétexte que ce n’est pas l’Etat russe mais une société indépendante. Un paradoxe que l’hexagone a bien décrypté  et dont il est décidé à s’y opposer par tous les moyens internationaux.

Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment