Accueil Actualités Intervention militaire au Mali : Le président Macky Sall affiche son désaccord

Intervention militaire au Mali : Le président Macky Sall affiche son désaccord

Macky

Le sommet de la Cedeao de ce jeudi 20 août 2020 s’est déroulé par visioconférence sous la présidence  du président du Niger Mahamadou Isoufou. Pour rappel , le Mali est en bute à un coup d’état militaire qui a  consacré la chute du président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) poussé à la démission. Et à l’instar du président Yaya Jammeh qui a été contraint par l’organisation sous régionale de quitter le pouvoir au profit du président Barrow qui avait remporté la présidentielle en Gambie, l’idée d’une intervention des forces de la CEDEAO a été posé mais le président Macky a affiché son désaccord sur cette option.

Un sommet des chefs d’états de la CEDEAO sur la situation au Mali s’est ouvert ce jeudi 20 août 2020 par visioconférence sous la présidence du président du Niger Mahamadou Isoufou.

A titre de rappel le Mali est secoué depuis plus de mois par une lancinante crise sociopolitique et l’organisation sous régionale avait dépêchés plusieurs missions dans le but de faire converger les lignes des différents protagoniste à la crise.

Mais, Force est de reconnaitre que ces multiples médiations furent infructueuses parce que la crise a pris tout une autre dimension, un renversement de régime par les militaires.Mahamadou Issoufou président de la Republique du Niger qui préside actuellement la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest convoque un sommet, et ce, par visioconférence en vue de statuer sur la « Situation du Mali ».

En prélude des travaux « Nous avons donc devant nous une situation grave dont les conséquences sécuritaires sur notre région et sur le Mali sont évidentes. Cette situation nous interpelle. Elle nous montre le chemin qui reste à parcourir pour la mise en place d’institutions démocratiques fortes dans notre espace » a déclaré M. Isoufou.

Ce sommet, faut-il le rappeler, a été convoqué par principe et par respect au pacte additionnel, lequel texte prévoit des sanctions à toute alternance de gouvernance sans la voie des urnes.

Pour ce faire une batterie de sanctions a donc été prévue contre le Mali, cela va de la fermeture des frontières terrestre et aérienne, sanctions économiques via la fermeture de la Banque Centrale de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et moult autres sanctions…

Cependant, le Président de la République sœur du Sénégal a, dans son intervention, condamné le coup de force au Mali comme tout bon républicain imbu des valeurs de la démocratie, mais appelle la CEDEAO à réapprécier les sanctions annoncées pour tenir compte des impératifs humanitaires dans un pays déjà tiré à hue et à dia.

Dans cette perspective, les denrées de première nécessité, les produits pétroliers et produits pharmaceutiques ne devraient pas etre concernés par l’embargo, a-t-il suggéré. Il faut d’ailleurs préciser que cet amendement a été accepté pour être intégré dans la déclaration finale.

Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici